Droit

Pages: 2 (260 mots) Publié le: 14 novembre 2012
Mise à part la règle infans conceptus et qui suppose un enfant ne vivant et viable, il apparaît qu'en droit français la personnalité juridique débuteavec la naissance. Des lors la question qui se pose est quel est le statut de l'enfant conçu ? Les romains disaient en droit romain ( pars viscerummatrice = morceau des entrailles de la mère ) cependant la biologie enseigne au contraire que des la fécondation à vie humaine commence'
Est ce quelembrillon des sa conception peut être considéré comme une vie humaine, si on dis oui qu'elle est la conséquence ? Ne devrait on pas entendre lapersonnalité juridique à cette vie humaine ? Mais si on dit non qu'elle est la conséquence ? Cela voudrait dire que l'IVG est à interdire donc c'est impossibleà moins que l'on considère que l'embryon est une vie humaine. en t'en que tel il mérite le respect mais il n'a pas la personnalité juridique.
Depuisl'abolition de l'esclavage et de la mort civile il n'y a plus de dissociation entre la personnalité juridique et vie humaine, mais pourtant avec lesprogrès de la médecine on se demande si on ne devrait pas recréer une telle dissociation.

Ivg est un délit pénal seul dans certaine situation il nel'est pas par exemple quand la mère est en détresse ou que la mère et l'enfant sont en danger.
La vie humaine commence des la conception mais desatteintes importantes sont admissent dans le cadre de l'ITG et de l'IvG
La jurisprudence à eu l'occasion de rappeler récemment que l'IVG n'est pas un droit.
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le droit et le droit
  • Le droit au droit
  • droit
  • le droit
  • Droit
  • droit
  • Droit
  • droit

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !