Dumarsais -philosophe

Pages: 6 (1395 mots) Publié le: 23 février 2011
PHILOSOPHE DUMARSAIS

Commentaire sous forme de lecture linéaire :

Introduction :
César Chesneau Dumarsais (1676-1756) est un grammairien. Il est surtout connu pour un Traité des tropes, c’est à dire une théorie des figures de style, un ouvrage de rhétorique. Ami de Diderot, et de d’Alembert, maîtres d’œuvres de l’Encyclopédie il est chargé par eux de rédiger pour cet ouvrage l’article «Philosophe » qui reflète l’idéal de tout un mouvement littéraire : le mouvement dit des « Lumières ».

Il s’agit à l’évidence moins d’un article de dictionnaire au sens classique du terme que d’un texte argumentatif défendant une certaine conception de la philosophie. Nous montrerons que ce texte illustre son titre de façon ordonnée, systématique, et systématiquement polémique : il définit defaçon engagée, personnelle, ce que doit être pour l’auteur un philosophe, et ce qu’il doit éviter.
Le texte présentant une argumentation serrée et complexe, nous l’étudierons sous forme de lecture linéaire, après en avoir préalablement dégagé le schéma argumentatif général.

2) Commentaire linéaire :
1°§
Ce § s’ouvre et se clôt sur une double opposition : entre le philosopheet les autres hommes, le philosophe et le chrétien. La dimension polémique du texte est donc posée d’emblée.
Les défauts à éviter : Dumarsais reproche aux hommes en général d’agir sans connaître les causes qui les font agir. Il faut prendre au sens fort ici le verbe « déterminer » (« détermine » 2 fois ligne 8 ; « déterminés » ligne 1) : il signifie que les hommes agissent en fonctionde modèles pré-déterminées, d’idées pré-conçues, de préjugés dont ils ne sont pas conscients.
La qualité à rechercher : la supériorité du philosophe sur les autres hommes réside dans sa faculté de « démêler les causes » (ligne 2-3) de son action : il réfléchit aux raisons qui le font agir, se demande si elles sont bonnes, ne se décide qu’après cet examen de conscience. C’estpourquoi il peut se dire indépendant, maître de lui-même. Une métaphore est chargée de résumer cette idée d’indépendance, celle de l’horloge qui se monte elle-même (ligne 4).
Aux chrétiens, il semble reprocher de justifier ce manque de réflexion (il emploie le mot « raison », raisonner = réfléchir, ligne 8) sur les motivations exactes de leurs actions par la notion un peu floue de grâcedivine : celui qui agit bien possède la grâce, celui qui agit mal ne l’a pas. Ainsi la valeur de nos actions, de nos choix, ne dépend pas de nous mais de Dieu; théorie commode qui évite de se poser la question du « pourquoi ? ».
2°§
Le deuxième paragraphe n’ajoute pas vraiment d’idée nouvelle, il formule la même idée autrement. Il oppose à nouveau le philosophe aux « autres hommes »(ligne 9). Au défaut de ces « autres hommes », il donne le nom de « passions » : les passions sont les sentiments incontrôlés qui s’emparent parfois des hommes ( l’amour, l’orgueil, la colère, l’ambition, le désespoir, l’ardeur au combat …). On retrouve donc l’idée d’agir sans réflexion. L’auteur propose aussi une nouvelle métaphore : l’opposition entre les « ténèbres », la « nuit » et la lumière,symbolisée ici par le flambeau. La nuit, c’est l’ignorance, les préjugés, l’obscurantisme ; la lumière, c’est la « raison ». C’est cette métaphore que l’on retrouve dans l’expression consacrée : le « Siècle des Lumières ».
3°§
Le troisième paragraphe introduit un nouvel argument en faveur de l’esprit philosophique : quand on ne sait pas, il faut le dire. C’est la dernière phrase quirésume le mieux cette idée : « une grande perfection du philosophe, c'est que lorsqu'il n'a point de motif pour juger, il sait demeurer indéterminé » (l.17-18). Contrairement au philosophe qui, modestement, avoue son ignorance et ses doutes, l’homme commun est toujours persuadé de détenir la vérité. Il prend ses croyances, fruit de son imagination pour des vérités : tel est le sens de la première...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Philosophe, dumarsais
  • Dumarsais philosophe
  • Philosophe, dumarsais
  • Le philosophe de dumarsais
  • Le philosophe de dumarsais
  • Le philosophe de dumarsais
  • Dumarsais philosophe
  • Dumarsais, philosophe

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !