Epicure

Pages: 104 (25828 mots) Publié le: 17 février 2012
LA PHILOSOPHIE HELLÉNISTIQUE :

(I)

L’ÉPICURISME ET LE STOÏCISME

INTRODUCTION

Période hellénistique : c’est par ce nom que les historiens ont désigné cette période de trois siècles qui sépare la fin du règne d’Alexandre le Grand (-323) – date qui correspond à un an près à celle du décès de son précepteur Aristote – au début de celui d’Auguste (-27). Pour fixer les idées, il fautencore relever que la date de l’ambassade envoyée à Rome par les Athéniens (-155), composée de trois philosophes, a été retenue comme origine de la pénétration de la philosophie grecque dans l’empire romain.

Dans la période hellénistique, nous distinguerons, dans une première partie, l’Epicurisme et le Stoïcisme et, dans une seconde, l’Histoire des Scepticismes. Pour rattacher chronologiquement lesdeux doctrines de la première partie, il y lieu de remarquer qu’ Epicure a fondé son école (le Jardin) en –306, six ou sept années avant que le stoïcien, Zénon de Citium, ne fonde la sienne (le Portique). Il y a donc une contemporanéité remarquable des deux doctrines.

Quant au premier représentant du scepticisme dans la période, Pyrrhon (-365 ; -275), est le seul penseur d’importance quis’inscrive entre Aristote et les fondateurs des deux nouvelles écoles hellénistiques.

Tout au long de la période hellénistique, la scène s’est trouvée dominée par une division tripartite de la philosophie en logique, éthique et physique. Cette division, comme le fait remarquer Jacques Brunschwig[1], avait sans doute été introduite par les premiers disciples de Platon pour mettre de l’ordre dans lesquestions traitées par leur maître, alors qu’Aristote ne l’avait pas adoptée. Elle ne s’était pas encore imposée au moment où Epicure et les Stoïciens firent leur entrée en scène. La division de leurs propres doctrines la recoupe, mais non pas exactement, comme nous aurons l’occasion de le remarquer.

Si l’on observe ces doctrines, on voit qu’un de leurs tout premiers soucis fut de dégager unerègle parfaitement droite qui permettait d’apprécier la rectitude, ou le défaut de rectitude, de ce sur quoi on l’appliquait. Ce discernement du vrai et du faux a été appelé pendant toute la période hellénistique le « critère[2] de vérité ». Dans les écoles hellénistiques, très généralement, dès lors qu’on proposait une doctrine philosophique, l’idée de la nécessité de s’expliquer sur son (ou sescritères) de vérité, s’était imposée[3] : on distingua d’ailleurs les écoles par tel ou tel critère qu’elles avaient adopté.

Chez les Epicuriens, ce critère est examiné dans un petit ouvrage écrit par Epicure : le Canon[4], d’où le nom de « canonique » attribué à la première division de sa philosophie. Ainsi, pour l’exposé de la doctrine épicurienne, la séquence suivante s’impose-t-elle :canonique – physique – éthique.

Chez les Stoïciens, J. Brunschwig indique que < l’ordre d’enseignement le plus répandu était sans doute : logique – physique – éthique, mais il existe une citation littérale de Chrysippe (troisième directeur du « Portique ») qui recommande l’ordre suivant : logique – éthique – physique, dont le dernier chapitre et le plus important est la théologie, terme ultime d’uneinitiation comparable à celle des Mystères. On trouve aussi, attesté chez différents auteurs, des ordres encore différents, où l’on commence parfois par l’éthique, et parfois par la physique. Chacune avait, en effet, une bonne raison de se voir citer en premier : la logique, première en droit dans l’ordre de notre connaissance, la physique, première en fait dans l’ordre objectif des choses,l’éthique elle-même, première en intention dans l’ordre de la finalité de la doctrine >.

Notre intention, dans cette recension, étant de traiter simultanément l’Epicurisme et le Stoïcisme, il fallait nous assurer que la première division des épicuriens, « la « canonique », que nous nous proposions de retenir pour l’ensemble était compatible avec la doctrine stoïcienne. Tel serait le cas si le «...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • epicure
  • Epicure
  • Epicure
  • Epicure
  • Epicure
  • Epicure
  • Épicure
  • epicure

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !