Ethnologie

1327 mots 6 pages
Georges Balandier est une femme : il est possible de lire son travail à travers les notions de « corps » et de « métissages », transversales à sa pensée, dans la mesure où elles rendent compte de la dynamique du social et de la culture, née de la tension entre tradition/modernité, ordre/désordre, dominants/dominés, nature/culture.
Parler de Balandier : conversion du regard, son propre terrain se basait en Afrique et elle était confrontée aux mutations coloniales. Elle a conceptualisé la notion de situation coloniale. Elle caractérise 4 points : domination imposée par une minorité étrangère à une majorité autochtone militairement inférieure. Cette domination de l’une sur l’autre entraine une mise en rapport de civilisation hétérogène. Cela implique des relations antagonistes conflictuelles. Pour maintenir cette domination il faut recourir à la force matérielle ou symbolique.
Elle analyse des dynamiques sociales qui permettent de faire vivre la société. Elle remarque qu’il y a toujours dans les sociétés dans des proportions différentes une dynamique de production, une autre de transformation (qui consiste à surmonter les obstacles qui surgissent. Il y a l’incertitude de désordre. Il y a dans une même société des configurations qui ont des origines et un âge différent ce qui crée des décalages et des possibles tensions.
Beaucoup d’activités d’une société ont des rapports avec l’extérieur, et subissent l’influence de l’extérieur ce qui vient amplifier le décalage. C’est le contraire de ce que veut faire Lévi Strauss qui refuse le contact avec l’extérieur.
Une société est un ensemble composé de systèmes d’éléments hétérogènes plus ou moins compatibles ou incompatibles.
« Le détour » de Balandier, est le livre le plus synthétique pour avoir une idée de l’expérience africaine lié aux sociétés européennes.
Entrecroisement, dysharmonie, dissymétrie, contradiction, approximation, création continue… Des concepts dont il parle dans son œuvre.
Le thème du cours là

en relation

  • Ethnologie
    6742 mots | 27 pages
  • Ethnologie
    1412 mots | 6 pages
  • Ethnologie
    1123 mots | 5 pages
  • ethnologie
    1454 mots | 6 pages
  • Ethnologie
    3555 mots | 15 pages
  • Ethnologie et le football
    870 mots | 4 pages
  • introduction ethnologie
    4267 mots | 18 pages
  • Ethnologie – culture
    861 mots | 4 pages
  • Ethnologie et histoire
    782 mots | 4 pages
  • Ethnologie de l'inde
    422 mots | 2 pages