Etude de texte de freud : « le moi n'est pas maître dans sa propre dans sa propre maison »

1464 mots 6 pages
Nous sommes en présence d'un texte de Sigmund Freud, médecin neurologue de métier, il fera aussi des recherches sur la psychanalyse. Il sera même l'inventeur de cette science, qui s'appelle la psychanalyse. Il a écrit un grand nombre de textes philosophique dont « Le complexe d'œdipe ». Dans le texte que nous allons étudié, l'auteur argumente son point de vue sur la conscience. Il prouve grâce à une suite d'arguments principalement basé sur les certitudes humaines, que l'humain n'est pas maître de ses pensées et de ses actes. Dans « Le moi n'est pas maître dans sa propre maison », l'auteur répond à une question qu'il se pose : « La conscience est-elle souveraine ? » Nous allons d'abord étudier la présentation de la conscience par Freud et les arguments utilisés pour prouver que la conscience n'est pas souveraine.

Durant l'avancement de la thèse de Freud, l'auteur tient absolument à prouver que l'homme n'est pas totalement maître de soi, qu'il est principalement sous l'emprise de son instinct. Il veut donc prouver de manière irréfutable, que « la conscience n'est pas souveraine ». Ainsi, l'auteur fait dans son texte une description de la conscience, de comment elle agit et du pourquoi elle agit ainsi. Dans son texte, Freud dit : « Nous pouvons à peine nous représenter la grandeur ». Dans cette simple phrase, l'auteur veut prouver que la conscience n'est pas puissance, qu'elle n'est pas souveraine. En effet, la conscience est incapable de se représenter un monde immense, elle ne peut se représenter que des choses à une échelle qu'elle a déjà vue, qu'elle a déjà connue. Ainsi, la conscience n'est pas souveraine car elle doit se rattacher à ce qu'elle voit, ce qui est la réalité pour elle. Par exemple, lorsque que nous sommes éveillés, nous regardons le monde avec notre esprit, nous avons conscience de ce qui nous entoure, alors que lorsque nous dormons, pendant nos rêves, nous regardons le monde avec notre esprit. A ce moment la conscience est inexistante,

en relation

  • Philo
    12927 mots | 52 pages
  • Somme nous maitre de nos pensé ?
    722 mots | 3 pages
  • Freud
    25371 mots | 102 pages
  • le sujet
    3316 mots | 14 pages
  • Que suis-je ?
    1818 mots | 8 pages
  • Disserte854
    6000 mots | 24 pages
  • Cours 2
    14432 mots | 58 pages
  • Hysterie masculine
    15270 mots | 62 pages
  • Rapport de stage iufm l'autorité
    5944 mots | 24 pages
  • L'inconscient
    8655 mots | 35 pages