Faut-il redouter les machines

Pages: 13 (3114 mots) Publié le: 5 mars 2011
Faut-il redouter les machines ?

En tchèque, le terme « robota » désigne le travail, la corvée. Aussi, quand en 1921 l’auteur K. Capek écrit une pièce de théâtre mettant en scène une machine qui fait le travail des humains, il nomme cette machine « robot », autrement dit, « le travailleur ». A priori, il n’y a dans cet objet technique rien à craindre : toute technique vise a priori soit àsoulager l’homme d’un travail qui provoque sur lui de la souffrance, ou de la fatigue, soit à permettre de faire ce que l’homme seul ne peut pas réaliser. Pourtant, Capek écrivit cette pièce pour décrire les dangers liés au développement des machines et on constate bien que les machines, un siècle plus tard, sont facilement perçues comme potentiellement dangereuses, et ce au point parfois qu’on lesimagine prendre le pouvoir sur l’homme lui-même. Entre le risque d’accident et la peur de devenir esclaves des machines, nous devons donc faire la part des craintes rationnelles et des angoisses infondées. Cependant, nous aurons aussi à nous demander si la confiance totale dans les machines est bien placée, ce qui nous conduira à analyser quelle est leur véritable nature, et quel est le véritablerapport que l’homme entretient avec ces objets particuliers.
On peut trouver paradoxal que les hommes aient peur des machines. En effet, a priori, elles ont pour seul but de les servir. L’optimisme vis-à-vis des machines apparaît officiellement au dix-septième siècle sous la plume de Descartes. Prenant conscience de la possibilité d’associer savoir et savoir-faire, il annonce dans son Discours de laméthode que l’homme va pouvoir devenir « comme maître et possesseur de la nature ». L’espoir exprimé par Descartes est ambitieux : il s’agit de libérer l’homme du travail en faisant travailler les machines à sa place. C’est ainsi que Descartes pronostique « l’invention d’une infinité d’artifices qui feraient qu’on jouirait sans aucune peine des fruits de la terre et de toutes les commodités quis’y trouvent », c’est-à-dire le retour à un monde dans lequel la satisfaction se ferait sans intermédiaire (c’est pour cela qu’il fait appel au concept de jouissance), donc sans travail.
Les siècles suivants seront l’illustration de la clairvoyance de Descartes : les trois siècles qui nous séparent de lui seront en effet ceux au cours desquels l’humanité va peu à peu comprendre de mieux en mieux lemonde dans lequel elle vit, ce qui va lui permettre de le maîtriser par l’intermédiaire de ces objets techniques particuliers que sont les machines. Apres des millénaires de contrainte vis-à-vis de la nature, enfin l’homme pouvait confier une partie des ses activités à ces mécanismes automatiques et simultanément mener une vie moins fatigante, tout en acquérant une puissance qu’il n’avait jusquelà jamais eu la possibilité de développer.
C’est ainsi que le monde va découvrir les machines, que celles-ci vont être installées dans chaque ville, chaque village (horloges, machines agricoles) pour entrer peu à peu dans chaque foyer jusqu’à ce que chacun sorte, chaque matin de chez lui, équipé d’un grand nombre de ces machines. Téléphones, lecteur mp3, nos poches sont remplies de ces sortesd’équipements, et plus largement, nos journées sont amplement tributaires d’une véritable armée de mécanismes qui effectuent à notre place les tâches pénibles. Ajoutons qu’il s’agit là d’une réalité mondiale : la machine est sans doute l’aspect de la vie occidentale qui a le plus envahi l’humanité. Moyens de communication, engins de transport, aides domestiques, matériel industriel, etc. Il n’y a pas unlieu sur terre où on ne croise pas ces équipements qui libèrent l’homme de la condamnation au travail.
C’est peut être précisément là qu’on peut voir apparaitre la crainte des machines. En effet, on vient de le voir, la machine est au service de l’homme. Mais force est de constater qu’elle est devenue si indispensable, qu’elle prend une telle place que Descartes lui-même aurait sans doute...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Faut-il redouter les machines ?
  • Faut il redouter les machines
  • Faut-il redouter les machines?
  • Faut-il craindre la machine ?
  • Faut il craindre les machines
  • Faut-il avoir peur des machines
  • Faut – il craindre les machines ?
  • Faut-il avoir peur des machines?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !