Fiche récap sur aristote

1391 mots 6 pages
Aristote (384-322 av JC)

Repères bio :
- famille de médecins
- élève de Platon
- précepteur du fils du roi qui deviendra ni plus ni moins qu’Alexandre le Grand
- fonde sa propre école
- LA référence intellectuelle obligée des philosophes et des théologiens à l’époque

Forme et matière ; acte et puissance : Aristote est d’abord platonicien. Mais il se détache de son maitre. L’opposition se situe sur le plan de la méthode : Aristote => empirisme. Il cherche comme Platon les principes qui gouverne le réel mais il pense contrairement à Platon que c’est en suivant les enseignements de l’expérience qu’on pourra les découvrir. D’où refus d’admettre existence séparée d’un « monde intelligible » vs. « monde sensible ». Aristote => distinction dans toute ch : deux aspects : > une forme : qui est le fait que la ch est ce qu’elle est > une matière : qui est le support de la forme => caractéristique : l’indétermination = sujet du changement = comme le dit Aristote elle est puissance (dunamis) cad virtualité.
Ex : une statue de Zeus : sa matière = bloc de marbre, sa forme = l’ensemble des éléments qui permettent de représenter le dieu. La matière est indétermination car un bloc de marbre pourra devenir statue ou tt autre ch, c’est prq elle est sujet du changement. Aristote distingue aussi le fait « exister en puissance » et « exister en acte » (= cad une forme réalisée) : ex : le bloc de marbre de la statue est la statue de Zeus en puissance mais l’œuvre achevée est la statue en acte.

La logique, le syllogisme Syllogisme : raisonnement qui, à partir de prémisses, rend la conclusion nécessaire.
Invention du syllogisme par Aristote entraine l’invention toujours par Aristote de la logique formelle, indépendante du contenu. Rmq : il n’y a selon Aristote, de science que du gal et du nécessaire, l’instrument qui permet de rendre compte de cette nécessité : le syllogisme. Cette formalisation du raisonnement via le syllogisme et la logique formelle, doit

en relation

  • Le mécénat culturel: une stratégie de communication ?
    80085 mots | 321 pages