Glorification du travail

Pages: 8 (1905 mots) Publié le: 30 janvier 2011
( Exercice du doc 1, p. 196 (
I) Égalités et justice sociale

L’égalité est depuis longtemps au centre de la vie politique et sociale. Selon la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, « tous les hommes naissent libres et égaux en droit » ; pourtant, ce principe n’a pas empêché la persistance d’inégalités.

L’égalité de quoi ?

1) L’égalisation desconditions : l’approche de Tocqueville
( doc 3, p. 197, q. 1 et 2 (
2) L’égalité des droits

Tous les hommes sont égaux devant la loi, qui est la même pour tous (indispensable en démocratie). Depuis la Révolution de 1789, les individus ont été progressivement reconnus égaux en droit (contracter, acheter, vendre, se marier, voter[1], s'éduquer etc.).

3)« l’égalité méritocratique des chances »

a) Définitions
Même si cela est surprenant, faire les questions dans l’ordre proposé

|( doc 1, p. 168, q. 1 et 2 ( |( doc 2, p. 168, q. 1 à 3 ( |
|( doc 4, p. 198, q. 1 ( |( doc 5, p. 198, q. 2 et 3( |

Egalité des chances : la situation acquise par un individu ne dépend pas de celle de ses parents (idéal à atteindre) ; faire en sorte que personne ne soit entravé par ses origines dans le développement de ses talents

b) Limites
|( doc 3, p. 169, q. 1 et 2 ( |( doc 4, p. 169,q. 2 et 3 ( |

4) l’égalité des situations

Les revendications d’égalité vont s'étendre au domaine économique et social. Les inégalités sont alors considérées comme une menace pour la société, il s’agit de se rapprocher de l’égalité des situations : suppression de toute forme d’inégalité et donc répartition uniforme des ressourcesentre tous les membres de la société.
Cette idéologie est la cause majeure du développement de l'État-Providence qui cherche à étendre l'égalité au domaine économique et social (Sécurité Sociale par exemple). Dans la réalité, l’inégalité des situations prédomine.
|( doc 6, p. 199, q. 1 et 2 ( |( lire le terrible doc 8, p. 200 (|

L’égalité réelle : un objectif souhaitable ?

1) Égalité réelle et liberté : deux objectifs antinomiques ?

a) L’égalité réelle présenterait des risques d’atteinte aux libertés…

Pour les auteurs libéraux, tels Freiderich von Hayek (1899-1992)[2], c’est bien la liberté qui doit être le principe fondamental de nos sociétés. L’égalité des chancesest un objectif mythique dont la poursuite serait dangereuse :
• mythique[3], car la société est fondée sur une dynamique, l’avenir est imprévisible et les chances individuelles dépendent des décisions des parents, sanctionnées par le marché, et ces sanctions créent inévitablement des différences[4] ;
• Dangereux, car il faudrait interdire l'héritage, le don, soustraire l'enfant à safamille, ce qui suppose un pouvoir totalitaire[5], qui prive les individus de liberté.

b) … mais des inégalités réelles excessives sont aussi des atteintes à la liberté

• Pour Marx, l’égalité juridique et politique n’est que « formelle » (théorique) :
- la démocratie capitaliste confère des droits et des libertés que le peuple n'est pas en mesure d'exercer (ex. : droit depropriété)
- la souveraineté du peuple est une fiction, en réalité ces démocraties organisent la domination des bourgeois, et l’État organise le maintien de cette domination
- seule une révolution qui abolira le mode de production capitaliste et instaurera le socialisme qui autorisera une réelle égalité, ainsi pas de liberté possible sans l’égalité

• Pour d’autres...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Glorification-travail
  • Glorification du travaille
  • La glorification du travail
  • Nietzsche la glorification du travail
  • La glorification du travail vue par nietsche
  • Glorification du travail nietzsche
  • Texte de nietzsche sur la glorification du travail
  • La glorification du travail, explication de texte, nietzsche

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !