Gounelle

Pages: 11 (2537 mots) Publié le: 9 octobre 2012
Séquence 1 : lecture analytique de Rousseau, extrait des Confessions «  Je déclare à la face du ciel que j’en étais innocent… »


Texte :


«  Je déclare à la face du ciel que j’en étais innocent… »




J’étudiais un jour seul ma leçon dans la chambre contiguë à la cuisine. La servante avait mis sécher
à la plaque les peignes de Mlle Lambercier. Quand elle revint les prendre,il s'en trouva un dont tout
un côte de dents était brisé. A qui s'en prendre de ce dégât ? Personne autre que moi n’était entré
dans la chambre. On m'interroge ; je nie d'avoir touché le peigne, M. et Mlle Lambercier se réunissent,
m’exhortent, me pressent, me menacent ; je persiste avec opiniâtreté. Mais la conviction était trop
forte remporta sur toutes mes protestations,quoique ce fût la première fois qu’on m’eût trouvé
tant d'audace à mentir. La chose fut prise au sérieux; elle méritait de l'être. La méchanceté, le
mensonge l'obstination parurent également dignes de punition : mais pour le coup ce ne fut pas par
Mlle Lambercier qu'elle me fut infligée. On écrivit à mon oncle Bernard ; il vint. Mon pauvre cousin
était chargé d'un autre délit non moinsgrave : nous fûmes enveloppés dans la même exécution. Elle
fut terrible. Quand, cherchant le remède dans le mal même, on eût voulu pour jamais amortir mes
sens dépravés, on n'aurait pu mieux s'y prendre. Aussi me laissèrent-ils en repos pour longtemps.
On ne put m'arracher l'aveu qu'on exigeait. Repris à plusieurs fois et mis dans l’état le plus affreux,
je fus inébranlable.J'aurais souffert la mort et j'y étais résolu. Il fallut que la force même cédât au
diabolique entêtement d'un enfant ; car on n'appela pas autrement ma constance. Enfin je sortis de
cette cruelle épreuve en pièces, mais triomphant.
Il y a maintenant prés de cinquante ans de cette aventure, et je n’ai pas peur d'être aujourd'hui
puni derechef pour le même fait. Hé bien ! Je déclareà la face du ciel que j'en étais innocent, que
je n'avais ni cassé ni touché le peigne, que je n'avais pas approché de la plaque, et que je n'y avais
pas même songé. Qu'on ne me demande pas comment ce dégât se fit; je l'ignore, et ne puis le
comprendre : ce que je sais très certainement, c'est que j'en étais innocent.
Qu'on se figure un caractère timide et docile dans la vieordinaire, mais ardent, fier, indomptable
dans les passions ; un enfant toujours gouverné par la voix de la raison, toujours traité avec douceur,
équité complaisance ; qui n'avait pas même l'idée de l'injustice, et qui, pour la première fois, en
éprouve une si terrible, de la part précisément des gens qu'il chérit et qu'il respecte le plus. Quel
renversement d'idées ! Quel désordre desentiments ! Quel bouleversement dans son cœur, dans sa
cervelle dans tout son petit être intelligent et moral ! Je dis, qu'on s'imagine tout cela, s'il est possible ;
car pour moi, je ne me sens pas capable de démêler, de suivre la moindre trace de ce qui se passait
alors en moi.
Je n'avais pas encore assez de raison pour sentir combien les apparences me condamnaient, etpour me mettre à la place des autres. Je me tenais à la mienne, et tout ce que je sentais,
c'était la rigueur d'un châtiment effroyable pour un crime que je n'avais pas commis. La douleur du corps,
quoique vive, m'était peu sensible, je ne sentais que l'indignation, la rage, le désespoir. Mon cousin,
dans un cas à peu près semblable, et qu'on avait puni d'une faute involontaire commed'un acte
prémédité, se mettait en fureur à mon exemple, et se montait, pour ainsi dire, à mon unisson. Tous
deux dans le même lit nous nous embrassions avec des transports convulsifs, nous étouffions ; et
quand nos jeunes cœurs un peu soulagés pouvaient exhaler leur colère, nous nous levions sur notre
séant, et nous nous mettions tous deux à crier cent fois de toute notre force :...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Fiche de lecture laurent gounelle
  • Tout sur Laurent Gounelle
  • Dieu voyage toujours incognito, laurent gounelle
  • le jour o j ai appris vivre Laurent Gounelle
  • L'homme qui voulait être heureux

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !