Handicap et sexualité

Pages: 6 (1407 mots) Publié le: 21 août 2013
Quelle sexualité pour les personnes handicapées mentales ?

À travers les désirs et les comportements sexuels des handicapés mentaux et de ce que notre société autorise en la matière, c’est toute notre démocratie et sa modernité qui est interrogée. Regard social, éthique morale, pressions familiales, hiératisme institutionnel et procès aux travailleurs sociaux sont autant de paramètres quiattestent de la complexité d’un tel débat… Les points de vue d’Othon Printz, médecin-psychiatre, directeur de la Fondation Sonnenhof à Bischwiller (Bas-Rhin) et conseiller médical de l’UNAPEI, et de Nicole Diederich, chercheuse au CNRS

La sexualité des personnes handicapées mentales interroge autant les institutions qui les prennent en charge que les familles… et au-delà, notre société. Pourquoi ?Othon Printz : Votre questionnement rejoint le cycle de ces interrogations qui hantent épisodiquement nos esprits. Durant fort longtemps, les handicapés étaient considérés comme le fruit d’une liaison entre un démon masculin et une femme (incube) ou une diablesse venant la nuit s’unir à un homme (succube). La sexualité de ces « monstres » ne pouvait qu’être bestiale. Ces « images primordiales »alimentent toujours nos angoisses. Prenons-en conscience plutôt que de nous laisser piéger par elles dans l’élaboration d’une idéologie ou d’une éthique.
Il me semble que toute éthique relative à la sexualité de la personne handicapée ne peut être initiée qu’à partir d’une autre écoute en profondeur : celle des pulsions exprimées par la personne handicapée elle-même. Or, toutes celles et tousceux qui ont été amenés à côtoyer longtemps des personnes, même très profondément handicapées, savent qu’en elles se trouve inscrit le désir d’aimer et d’être aimées. Il faut sans cesse rappeler ça : désir d’aimer et d’être aimé.

Nicole Diederich : En effet, la sexualité des personnes considérées comme « handicapées mentales » a toujours été perçue comme inacceptable socialement voire comme unfléau s’agissant de sujets déficients légers. Cela a abouti, dans certains régimes démocratiques (USA, Suède) à la stérilisation massive de personnes présentant des troubles mentaux, ou considérées comme inutiles socialement, et à leur extermination pure et simple par le régime nazi. En France, une solution pratique et répandue dans les institutions a été d’organiser l’absence de possibilité derelations hétérosexuelles, par la création d’établissements non mixtes ou par une castration chimique.
Je voudrais dire un mot du facteur économique. Il se trouve que lorsqu’est posée la question de la parentalité pour des personnes qui vivent en couple et qui pourraient réaliser leur désir d’avoir un enfant si elles étaient accompagnées, la question du coût de cette prise en charge suitinévitablement de très près les autres considérations : médicales (la santé des personnes) ou éthiques (le bien de l’enfant à naître). Et il faut bien constater que les pouvoirs publics ne font pas ce qu’il faut.

La fragilité de beaucoup de déficients intellectuels les expose à des violences sexuelles, je pense notamment à celles qui peuvent se produire en milieu institutionnel. Quelle est l’attitude àrecommander aux professionnels ?

Othon Printz : La loi, en la matière, semble claire. L’article 434-3 du code pénal réprime « la non-dénonciation de mauvais traitements ou privations infligés à un mineur de moins de 15 ans ou à une personne particulièrement vulnérable (qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge, d’une maladie, d’une infirmité, d’une déficience physique oupsychique ou d’un état de grossesse). » En son article 226-14, le code va même plus loin puisqu’il dit que la loi sur le secret professionnel n’est pas applicable à celui qui informe les autorités médicales et administratives, mais aussi directement les autorités judiciaires, des sévices ou privations infligées aux personnes citées plus haut.
Entre la loi qui édicte sans beaucoup de nuances et la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Handicap et sexualite
  • Sexualité et handicap en institution
  • Handicap mental sexualité institution
  • La sexualité
  • La sexualité
  • La sexualité
  • Sexualité
  • La sexualité

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !