histoire conceptions philosophiques

Pages: 25 (6104 mots) Publié le: 5 janvier 2015
Histoire des conceptions philosophiques du vivant
C. Lefève

I. La philosophie aristotélicienne de la vie : Aristote (384 av. J. –C. – 322 av. J. – C. )
1. Le vivant, modèle de la physique aristotélicienne
Avec Aristote, la philosophie se définit d’abord comme science de la nature : elle s’identifie avec la physique (phusis de phuein : pousser, croître).
La physique est l’étude des êtresnaturels : ceux-ci sont définis, d’une part, comme changeants et, d’autre part, comme possédant en eux-mêmes le principe de leur changement.
Les notions de matière, de forme :
Le changement chez Aristote désigne : 1° la génération et la corruption ; 2° l’accroissement et la diminution (changement de quantité) ; 3° l’altération (changement de qualité) et 4° le transport (changement de lieu).
-L’être naturel possède en lui-même sa capacité de changement.
Le changement se définit comme une puissance qui tend vers une réalisation pleine et entière, une actualisation, une perfection. Cette actualisation, c’est l’accomplissement de la nature, de l’essence de l’être.i
Par conséquent, le changement ne peut être pensé que relativement à la nature des corps mûs.
Par ex. une plante change, ellepousse jusqu’à ce qu’elle ait atteint son plein développement.
Le mouvement naturel des corps terrestres est dirigé vers un lieu naturel où le corps actualise sa nature.
Par ex. , pour le mouvement local : un corps terrestre ou grave abandonné à lui-même tend naturellement vers le bas, tend à rejoindre le centre du monde vers lequel son essence de grave le porte.
Un corps léger tendnaturellement à rejoindre le haut, càd le Ciel.
Par ex. le feu va spontanément vers le haut et la pierre vers le bas jusqu’à ce qu’ils aient trouvé leurs lieux naturels.
Ces tendances sont des qualités absolues des corps.

- Tout être naturel se trouve constitué d’une matière et d’une forme : la matière est une puissance presque totalement indéterminé. L’être naturel reçoit sa réalisation pleine etentière et sa définition de la forme, de l’idée ou de l’essence (eidos).
Par ex. , la nature fait du bois un chêne en fonction de la forme, de l’idée ou de l’essence du chêne que tous les chênes ont en partage. La forme ou l’idée de chêne est ce qui guide le devenir de l’arbre.
Ce qui définit un être naturel, ce n’est pas sa matière mais la forme à laquelle tend son devenir.

- C’est ledevenir de l’être vivant, sa croissance, sa génération et son altération qui constitue le principe d’intelligibilité de tous les êtres naturels ou physiques. Par conséquent, chez Aristote, le vivant constitue le modèle de l’être naturel. Par conséquent, la science des vivants constitue le modèle de la physique et elle en fait partie.

2. L’animisme aristotélicien : l’âme principe de vie
a. Lesfonctions de l’âme et les caractéristiques du vivant
- Ce qui distingue, le vivant de l’inanimé ou de l’inerte, c’est la possession d’une âme. Dans le vivant, l’âme est le principe du mouvement, déplacement local, accroissement, altération.
L’âme est le principe de la vie : dans le vivant tout tend à la pleine réalisation d’une âme, càd à la pleine actualisation de toutes les fonctions du vivant.L’âme constitue la forme, la fin ou l’acte du vivant dans lequel s’actualise pleinement sa puissance. L’âme est l’acte du corps vivant. L’âme est l’exercice même des fonctions vitales.

- La vie consiste dans l’unité de l’âme et de du corps.
De même que la matière et la forme n’existent pas séparément, le vivant est composé d’un corps et d’une âme qui sont inséparables.
Le corps n’est vivant quepar l’âme : c’est l’âme qui définit le corps comme vivant. De fait, d’une part, l’âme implique le corps en tant que celui-ci est vivant : il n’y a pas de sens à penser l’âme séparément du corps qu’elle rend vivant et, d’autre part, le corps vivant ne peut se concevoir sans l’âme qui lui donne la vie.
Chez Aristote, il n’y a donc pas d’union de l’âme et du corps, comme ce sera plus tard, au...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Blaise pascal, les conceptions philosophiques
  • Les conceptions philosophiques de l’homme
  • Les conceptions philosophiques du droit des libertés fondamentales
  • Histoire de la pensée philosophique antique
  • Micromégas, “histoire philosophique” de voltaire (1752)
  • Les conceptions philosophiques de l’être humain me permettent-elles de penser l’existence de Dieu?
  • conception
  • conception

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !