Histoire de l'empire byzantin

3093 mots 13 pages
L'empereur romain Constantin le Grand, à la suite de sa conversion en 312, favorise le christianisme et donne une extension considérable à la colonie grecque de Byzance en 330. Il en fait la « Nouvelle Rome » (Nova Roma) face à Rome qui — au moins depuis le court règne de l'empereur Maxence - n'est plus résidence permanente de l'autorité impériale5. La nouvelle résidence impériale devient capitale de la partie orientale de l'Empire romain. Le nom officiel ne tarde pas à être remplacé dans le langage courant par la dénomination usuelle de « Constantinople », ce qui n'empêche pas l'appellation « Byzance » de perdurer pendant des siècles. Constantinople reste le siège de l'autorité sous les empereurs suivants bien que tous les empereurs n'y séjournent pas très longtemps, en tout cas dans les premiers temps. Ainsi, Julien, dernier empereur païen, et Valens passent le plus clair de leur temps à Antioche, à l'est de l'Empire.

Division de l'Empire romain de 395.
Naissance de l'Empire En 395, lorsque meurt l'empereur Théodose Ier, et suite aux nombreuses invasions barbares qui menaçaient l'empire, il a attribué à ses deux fils, Honorius et Arcadius un Empire d'Occident et un Empire d'Orient. Cette division de 395 est traditionnellement considérée comme un point de départ pour l'Empire byzantin. L'empire a certes connu de telles divisions par le passé, mais celle-ci se révèle bientôt définitive : Arcadius, qui réside à Constantinople, passe donc pour le premier souverain de ce « premier » Empire byzantinN 4. Toutefois, les contemporains n'ont aucune conscience d'une division, mais d'un gouvernement collégial, les mêmes lois ont cours dans les deux moitiés de l'Empire (elles sont en général promulguées conjointement par les deux empereurs) et l'empereur d'une partie ratifie l'intronisation d'un successeur dans l'autre partie6. Aussi, cette date de 395 n'est pas retenue par tous les historiens comme « origine » de l'Empire byzantinN 5. Si certains le font

en relation

  • L'art byzantin
    1332 mots | 6 pages
  • Constantinople
    1604 mots | 7 pages
  • Constantinople
    458 mots | 2 pages
  • Commentaire histoire medievale
    1519 mots | 7 pages
  • L'amitié entre Manuel Ier Comnène et les Italiens
    6608 mots | 27 pages
  • Nicéphore Ier et Hârûn al-Rashîd. Histoire de l'Orient Médiéval
    2266 mots | 10 pages
  • Synthèse sur byzance et le schisme d'orient
    472 mots | 2 pages
  • Bibliographie bizance
    6113 mots | 25 pages
  • Etude gestion
    14742 mots | 59 pages
  • palzlz
    689 mots | 3 pages