Manzikert

2618 mots 11 pages
Le 1er janvier 1068, l’impératrice Eudoxie, veuve de Constantin X, épouse Romain IV Diogène. L’Empire est menacé sur toutes ses frontières : Normands en Italie, Turcs petchenègues et oghouzes dans les Balkans, Turcs seldjoukides en Orient. L’empereur doit y faire face.

Depuis 1048, les Turcs seldjoukides multiplient les incursions et les pillages dans les terres byzantines de l’Arménie et du centre de l’Anatolie. En 1064, Ani, capitale du royaume d’Arménie, passe sous le contrôle du sultan Alp Arslan. Une large brèche est désormais ouverte à la frontière orientale de l’Empire byzantin, permettant aux clans nomades turcs de multiplier leurs raids dans ces régions devenues terres de razzia. Ils opèrent parfois à l’initiative du souverain seldjoukide, mais le plus souvent pour leur propre compte. Ils le font sans idée de conquête. Après chaque raid, la bande repart mettre son butin en sûreté.

Mais pour les Byzantins, la différence entre musulmans non turcs, Turcs seldjoukides et nomades turcs opérant pour leur propre compte n’apparaissait pas clairement. Entre 1068 et 1070, Romain IV Diogène lance une série de campagnes destinées à mettre fin à leurs incursions incessantes, sans succès réel, même si elles débouchent sur une trêve conclue avec le sultan. Son incapacité à contrer cette menace fragilise son pouvoir, que lui dispute ouvertement la famille Doukas.

Pour Romain IV Diogène, il s’agit donc de libérer l’Empire de la menace turque, de rétablir une frontière orientale sûre en y incluant à nouveau les territoires peuplés majoritairement d’Arméniens qui la constituaient traditionnellement. Sur le plan intérieur, une victoire militaire doit constituer la démonstration décisive du bien-fondé de son action dont il a besoin pour imposer le silence à ses adversaires politiques[1].

En revanche, Alp Arslan n’a pas de projet de conquête contre l’empire byzantin. Son objectif principal est la destruction du califat fatimide du Caire. Il prolonge ainsi la

en relation

  • Mediterranee
    2306 mots | 10 pages
  • Concile de clermont
    795 mots | 4 pages
  • La patisserie
    2033 mots | 9 pages
  • Les europeens face à la modernité
    1742 mots | 7 pages
  • La méditerranée au xiième siècle
    2181 mots | 9 pages
  • La méditerranée islamo-chrétienne aux xiie et xiiie siècles, une zone de conflit ou un carrefour d’échanges interculturels ?
    2263 mots | 10 pages
  • Histoire des francs qui prirent jérusalem
    3044 mots | 13 pages
  • Crossing the bridge
    3761 mots | 16 pages
  • La médiéranée au xii ème siècle
    3855 mots | 16 pages
  • La méditerranée au 12eme siècle
    3823 mots | 16 pages