intro commentaire Essais de montaigne

261 mots 2 pages
Introduction de commentaire:
Essais, livre I, chapitre XXVIII, Montaigne, 1580

La Renaissance est une période qui parcourt l'Europe du XVè au XVIè siècle, caractérisée principalement par le développement des arts, des sciences, et par le retour aux valeurs de l'Antiquité. Les artistes portent un nouvel intérêt à l'Homme, à la nature et une immense soif de connaissance les anime. De nombreux écrivains engagent une réflexion sur l'homme et la société ; parmi eux, Rabelais et Montaigne. Ce dernier naît en 1533. En 1557, il entre au parlement de Bordeaux, où il noue avec La Boétie, une amitiée restée célèbre. Il quitte sa charge du parlement de Paris, pour se consacrer à la littérature. En 1572, il commence à rédiger ses Essais, et les publie par livres au fur et à mesure de leur rédaction. Traîté de vaniteux par Pascal et d'hypocrite par Rousseau, il est encensé par Voltaire ou Diderot qui louent sa lucidité et la sagesse de sa morale ainsi que le style simple dans lequel il écrit. Les Essais sont une suite de trois livres traitant de tous les sujets, sans ordre apparent, auxquels l'auteur mêle des réflexions sur sa propre vie et sur l'Homme. Nous allons étudier un extrait du premier livre des Essais, et plus précisément, le chapitre vingt-huit. Ce premier livre fut publié en 1580.

Nous cherchons à expliquer la manière dont Montaigne met en relief la dimension fusionnelle de l'amitié qu'il décrit. Dans un premier temps, nous traiterons d'une amitié unique. Ensuite, d'un alter ego. Nous concluerons sur la mise en relief de cette amitié.

en relation

  • Révision oral humaniste
    562 mots | 3 pages
  • De l'amitié
    487 mots | 2 pages
  • Texte 4 Michel De Montaigne Les Essais Des Coches III 6 1595 En naviguant le long des c tes t moin mes cannibales
    619 mots | 3 pages
  • Site de français
    1018 mots | 5 pages
  • de l'amitié
    1026 mots | 5 pages
  • Commentaire
    786 mots | 4 pages
  • Tableau synthese
    1177 mots | 5 pages
  • Montaigne
    7457 mots | 30 pages
  • Gargabtua
    20192 mots | 81 pages
  • Bibliographie de philosophie
    5297 mots | 22 pages