Introduction historique au droit

36997 mots 148 pages
Histoire des institutions : L’Europe du droit commun. Après l’Antiquité, ce qui marque l’histoire des institutions entre le Ve et le XVIIIe siècle, c’est l’influence chrétienne et plus largement judéo-chrétienne sur l’héritage antique. Les deux traditions – gréco-romaine et judéo-chrétienne vont être liées – il y aura également quelques apports « germaniques » mais ils resteront latéraux et ne subsisteront guère, pour former les institutions occidentales. Vous avez étudié l’Antiquité au premier semestre. Vous savez tout ce que nous devons au logos grec et à sa mise en œuvre pratique par les Romains avec notamment cet héritage fabuleux : le droit romain. Il m’appartient de souligner dans ce cours qui y fait suite l’autre apport, l’apport chrétien, et plus largement judéo-chrétien. En quoi consiste-t-il ? On peut faire une distinction. Il y a d’abord ce qui est commun aux Juifs et aux Chrétiens et il y a ensuite ce qui est propre à l’héritage chrétien : commençons par ce qui est commun aux Juifs et aux Chrétiens : Un devenir historique non cyclique, avec un début et une fin de l’histoire La suprématie de l’espèce humaine sur le reste de la création, l’espèce étant dotée d’une liberté métaphysique. L’humanisme juif – et chrétien – se fonde sur l’idée que l’homme a été fait à l’image de Dieu. La relation de l’homme à son créateur s’établit essentiellement par le truchement de la responsabilité éthique. » (Chaliand et Mousset, p. 16). Je développe ce dernier point. C'est à Jérusalem que l'homme s’est rendu compte qu'il a une conscience irréductible dans laquelle il est appelé à communiquer avec Dieu. A Jérusalem, se manifeste avec éclat le dialogue intérieur avec Dieu, ce qui suppose l'altérité, la transcendance. A Jérusalem, la personne devient sacro-sainte, irréductible car titulaire d'une conscience inviolable, d'une liberté et d'une volonté, maîtresse de ses actes et libre de son jugement (J. Weydert) ; elle est membre de la société mais elle transcende aussi cette

en relation

  • Introduction historique au droit
    25621 mots | 103 pages
  • Introduction Historique au droit
    1582 mots | 7 pages
  • Introduction historique au droit
    7917 mots | 32 pages
  • Introduction historique au droit
    558 mots | 3 pages
  • Introduction historique au droit
    268 mots | 2 pages
  • introduction historique au droit
    5107 mots | 21 pages
  • Introduction historique au droit
    641 mots | 3 pages
  • Introduction historique au droit
    316 mots | 2 pages
  • Introduction historique au droit
    1080 mots | 5 pages
  • Introduction historique au droit
    318 mots | 2 pages