Jacques le fataliste, définition du roman

Pages: 10 (2445 mots) Publié le: 11 janvier 2012
Diderot auteur du XVIII ème, est un célèbre exemple des philosophes des lumières. Ses œuvres sont donc souvent le lieu de revendications des idées des lumières, comme la liberté de conscience dans La religieuse, développement de la conception de matérialisme dans Rêves de d'Alembert. Mais il est aussi celui qui révolutionne les genres, tout d'abord avec l'introduction du drame bourgeois, oùDiderot rompt avec la division classique du théâtre. Puis avec Jacques le fataliste, où il démontre son rejet pour les romans invraisemblables( romans d'aventure, romans de galanterie) qui ne donnaient pas de morales aux lecteurs. Il prône alors un roman proche de la réalité, qui laisse le lecteur réfléchir, il montre mais ne démontre pas, et édifie le lecteur par la « morale en action ».
Nous pouvonstout d'abord situer notre passage, ainsi Jacques et son maître après leur déambulation, arrivent à l'auberge du Grand cerf. Hébergés par l'hôtesse, figure féminine importante dans l'œuvre. En effet, elle va devenir narratrice à son tour, ainsi elle va conter l'histoire de madame la Pommeraye. Celle-ci est une veuve, qui malgré ses réticences, va se laisser aimer par le marquis des Arcies.Cependant après quelques temps d'amour, ce dernier s'essouffle, et les deux s'avouent que leurs sentiments se sont évanouis. C'est ainsi que Jacques, le maître et l'hôtesse moralisent « sur l'inconstance du cœur humain, sur la frivolité des sentiments ». Notre extrait aborde donc le sujet de la frivolité des sentiments d'une part à l'aide d'une fable déclamée par Jacques, puis il nous conte une anecdotesur son enfance. Nous avons donc un parfait exemple du mélange des genres dans Jacques le fataliste, le récit entrecoupé par une satire, ou une satire entrecoupée par le récit. Nous revenons aussi à la notion de Diderot sur le roman, il fait passer des idées philosophiques en mettant en valeur la réalité, et en faisant vivre ses morales par la parole et les actions des personnages.
Nous pouvonsainsi nous demander comment la façon dont Diderot sème ses idées est propre à sa définition de roman.
Pour cela nous étudierons dans une première parties les idées présentes, puis la portée de la parole avec la notion de vraisemblance, et enfin la parole à travers les différents narrateurs .

Nous pouvons tout d'abord voir par quel moyen l'auteur parsème son œuvre d'idées des lumières , propre àson temps. On retrouve ainsi dans notre extrait l'exemple de différents genres qui à leur façon surlignent des idées.
On trouve d'une part une méditation sur la vanité des sentiments amoureux, «  Le premier serment que se firent deux êtres de chair... ». Le ton est élevé, et le lyrisme est présent « Ô enfants, toujours enfants ». Nous décelons ici l'idée que malgré toute la bonne volonté deshommes à vouloir être constants dans les serments qu'ils se sont faits; «attestèrent de leur constance », ce n'est pas une chose réalisable. Puisque à l'image du rocher qui tombe en pierre ou du ciel changeant constamment, les sentiments ne sont pas immuables. Mais les hommes n'en avaient pas encore pris conscience «  Ô enfants, toujours enfants... ». Cette thèse est ensuite soutenue par la fablecontée par Jacques. Le ton est radicalement différent de celui de la méditation. Il est familier, grivois, la source de cette fable est donnée par Jacques «  une vieille fable des écraignes de mon village ». C'est donc un langage propre aux paysans. Cette fable fait l'apologie de la frivolité des sentiments et du libertinage des sentiments. L'auteur se sert donc de Jacques pour illustrer cetteidée. La fable se constitue d'un récit court, prenant comme sujet la Gaine et le Coutelet. Il est allégorique, nous comprenons en effet que la Gaine représente le vagin et le Coutelet le pénis. La fable utilise donc un vocabulaire grivois afin de montrer la nature de l'homme à être inconstant . La Gaine est faite pour aller à plusieurs Coutelet, et vice versa. Le changement est donc dans la nature...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Jacques le fataliste, un roman polyphonique
  • Jacques le Fataliste Anti-roman
  • En quoi jacques le fataliste est-il un anti-roman
  • Jacques le fataliste
  • Jacques le fataliste
  • Jacques le fataliste
  • Jacques le fataliste
  • LA Jacques Le Fataliste

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !