Journal d'étude clinique

Pages: 18 (4309 mots) Publié le: 6 avril 2011
LE MALAISE DANS LA CULTURE


Auteur :Sigmund FREUD 1856-1939 psychanalyste autrichien.
Éditeur: Presses Universitaires de France (PUF)
Collection: Guadrige, Grands Textes.

En décembre 1927, Romain ROLLAND écrit une lettre, avec pour thème principal le sentiment « océanique », qui s’adresse à Sigmund FREUD. Ce dernier tente de l’interpréter psychologiquement et fait par de ses réflexionsà l’opinion publique. L’ouvrage s’intitule, après mainte changement, Le malaise dans la culture. La première publication date de 1930. Comme le fait remarquer J. André dans la préface, l’ouvrage reflète le sombre tableau du contexte politique et économique de l’époque (krach boursier de 1929, montée du nazisme).

S.Freud développe sa réflexion a travers 8 chapitres indissociables car sapensée est évolutive. Pour lui, la culture est édifié sur du renoncement pulsionnelle car la vie en communauté induit une restriction des libertés individuelles.

Chapitre 1 : Le sentiment « océanique » à travers l’origine du besoin religieux.

L’homme sous estime les vrais valeurs de la vie au détriment d’un sentiment « océanique ». La sensation d’éternité, d’absence de frontière ou encore de borneest comparable à quelque chose d’océanique. Sentiment que l’on retrouve dans la religion car tous les besoins religieux ont pour origine et puisent leurs sources dans ce sentiment. C’est ce qui nous permet d’établir un lien d’appartenance avec la totalité du monde.
L’évolution du sentiment « océanique » et la religion sont semblable aux phases de développement de l’enfant. Il y a alors unecorrélation entre le Moi, le Surmoi et le Ça. On peut se poser la question si le sentiment « océanique » remonte à une phase précoce du sentiment du moi. Car ce dernier émerge et trouve sa source d’énergie dans l’expression d’un besoin. Dans le contexte religieux le besoin se traduit par la surpuissance du destin. Le sentiment océanique peut être comparé à du narcissisme illimité c’est-à-dire à lanotion d’éternité ou encore d’invincibilité.

Chapitre 2 : Le comportement face à la vie.

La religion nous permet d’être un avec le tout. Mais cette vision fait que le Moi dénie le danger du monde extérieur. Car la religion a des doctrines et fait des promesses dans le but d’éclaircir les énigmes du monde. La sagesse divine qui gouverne le monde et le destin de chacun plus communément appeléProvidence veille sur notre vie. Nos besoins sont, alors, reconnus par un père grandiose. Malgré l’expression de nos besoins, la vie peut se révéler dure, douloureuse ou encore décevante. Pour pouvoir la supporter, on distingue trois remèdes:
- une puissante diversion: le sort,
- une satisfaction substitutive: j’ai pas ça mais ça,
- un aspect stupéfiant: l’insensibilité.
D’un point de vuereligieux, si la vie n’avait pas de finalité, elle perdrait toute sa valeur. L’homme aspire aux bonheurs, il veut devenir et rester heureux et veut donc par déduction ne pas être confronté à la douleur et aux déplaisirs. Le plaisir fait fonction d’appareil animique mais il s’oppose au Tout car c’est un phénomène épisodique. On peut dire plus précisément qu’on ne peut jouir intensément. Lapossibilité de bonheur est limitée mais le malheur est plus facile à atteindre. La souffrance peut être issue du corps, du monde extérieur, et de la relation aux autres. L’être humain est réaliste en modérant ces prétentions au bonheur. Il existe un dilemme plaisir/souffrance. L’homme a mis en place des mécanismes de défense:
- par évitement du déplaisir car notre organisme ressent la sensation desouffrance, pour l’effacer on peut avoir recours à des substances chimiques. L’intoxication par des stupéfiants permet de mener un combat pour le bonheur qui trouve refuge dans un monde à soi. C’est une autre réalité qui est perdue et sans profit quand il n’y a plus d’effet.
-par la satisfaction pulsionnelle qui est intense et qui répond à un besoin interne de bonheur.
-par déplacement de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Journal d'étude clinique
  • Journal d'etude clinique
  • Journal d'etude clinique
  • Journal d'etude clinique
  • Journal d'Etude Clinique
  • Journal d'étude clinique
  • Journal d'étude clinique
  • Journal d'étude clinique

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !