Justice et psychiatrie

Pages: 10 (2410 mots) Publié le: 16 mars 2013
Justice et psychiatrie



« Ce n’est pas un gage de bonne santé que d’être intégré au sein d’une société complètement malade ». Lorsque certaines personnes choisissent d’orienter leurs vies, pensées, philosophies et actes vers une direction qui n’est pas celle suivie par la société dans lesquelles elles vivent, ces dernières se voient pointées du doigt et souvent accusées de folie.

Lafolie a pendant longtemps regroupé sous le même vocable les personnes réellement atteintes de troubles mentaux et les personnes qui ne partagent pas les mêmes idées que le reste de la société. Or ces deux catégories de personnes ne peuvent aucunement être rassemblées : la première étant atteinte de troubles mentaux, comparée à une personne dite saine ou normale, la seconde ayant ses propres idées etses propres visions des choses tout en étant saine d’esprit. Sauf que l’être humain a tendance de qualifier de folle toute personne ayant des idées qui ne concordent pas avec ses propres connaissances. Galilée n’avait-il pas été considéré comme étant un fou lorsqu’il a déclaré que la Terre était ronde ? Sa soi-disant folie lui a même valu d’être traité comme un délinquant.

Autrefois, la folieétait un terme couramment utilisé pour décrire une personne dont le comportement et les pensées étaient soit décalés soit éloignés de la norme.

La psychiatrie est un monde en perpétuelle évolution. Cela est probablement dû à l’évolution de l’espèce humaine, de ses connaissances de l’autre ainsi que de l’évolution de la société dans laquelle il vit.

Ces personnes étaient alors des aliénésmentaux, des personnes que l’on devait envoyer vers les asiles psychiatriques où elles étaient soignées, c’était aussi l’occasion pour se débarrasser pour certains opposants politiques, dont les idées pouvaient gêner le pouvoir central.

Depuis, l’être humain a en partie évolué. Il a pris la peine d’étudier son semblable qui agit différemment, et nombreux sont les systèmes juridiques qui traitentdifféremment les personnes atteintes de troubles mentaux, autrefois appelés « aliénés mentaux », terme encore d’usage auprès de plusieurs personnes.

Le terme d’aliéné, mental, a progressivement disparu pour laisser place au terme de malade mental pour, au final, aboutir au terme de personnes atteintes de troubles mentaux.

Ce terme est utilisé par la Déclaration de l’Assemblée Générale des NationsUnies dès 1971 « Déclaration des droits des déficients mentaux ». Ces vocables sont plus ou moins repris par la loi du 5juillet 2011 qui venait remplacer celle de 1990,elle-même remplaçant une loi datant de la fin du 19e siècle, et jugée inadaptée aux exigences contemporaines, eu égard aux avancées sociologiques, juridiques et scientifiques.

Tel est le cas du système romano-germanique, ainsique le système juridique français. Si dans une certaine mesure certaines personnes ne peuvent par elles-mêmes procéder à bon nombre d’actes reconnus à d’autres, tels les majeurs protégés en matière civile, d’autres sont déclarées, sur le plan pénal, totalement ou partiellement irresponsables de leurs actes. Il y a un danger imminent qui menacerait alors la société, laquelle se devant de seprotéger contre ces derniers. Ne pouvant les mélanger avec d’autres prisonniers, les personnes déclarées irresponsables de leurs actes en raison de leurs troubles mentaux sont admises au sein de centres psychiatriques afin d’être traitées pour espérer les relâcher dans la nature, une fois déclarées saines d’esprit.

D’autres personnes, n’ayant commis aucune infraction punie pénalement, se trouvent aussidéclarée souffrant de troubles mentaux, ce qui leur vaut d’être envoyées au sein de centre d’hospitalisation et de soins. Il s’agit pour tous les cas d’une privation de liberté individuelle, notamment celle d’aller et de venir.

Une telle liberté ne peut restreinte que suite à une décision motivée en ce sens, afin de lutter contre toute forme d’arbitraire, par une autorité compétente....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • psychiatrie
  • Psychiatrie
  • psychiatrie
  • Psychiatrie
  • Psychiatrie
  • Psychiatrie
  • Psychiatrie
  • La psychiatrie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !