Kress

4388 mots 18 pages
COMMENTAIRE de l’arrêt CEDH Kress c/ France du 7 juin 2001
L’arrêt Kress était attendu avec impatience par le Conseil d’Etat pour savoir si la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) allait remettre en cause l’institution de commissaire du gouvernement en appliquant sa jurisprudence traditionnelle sur l’interprétation de l’article 6§1 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme à la lumière de la « théorie de l’apparence ».
Marlène Kress est une citoyenne française née en 1941 à Strasbourg. En 1986 elle subit une intervention chirurgicale suite à laquelle elle fut victime d’accidents vasculaires qui entraînèrent une invalidité physique évaluée à 90%, et d’une brûlure à l’épaule causée par le renversement d’un liquide bouillant. Le médecin expert nommé par le tribunal administratif de Strasbourg conclut à l’absence d’erreur médicale. En 1987, Mme. Kress introduisit un recours devant le tribunal administratif pour l’indemnisation de son préjudice. Le tribunal rendit son jugement en 1991, n’indemnisant que le dommage résultant de la brûlure. Mme. Kress fit appel de cette décision devant la cour d’appel administrative de Nancy en 1993 ; le recours fut rejeté et la requérante forma un pourvoi devant le Conseil d’Etat. Le Conseil d’Etat rejeta le pourvoi le 30 juillet 1997.
Mme. Kress, ayant épuisé toutes les voies de droit internes, amena l’affaire devant la CEDH. Elle invoqua pour cela quatre moyens sur le fondement de l’article 6§1 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme visant à montrer que la procédure devant le Conseil d’Etat n’offrait pas les garanties suffisantes au respect des principes d’impartialité, du contradictoire et de l’égalité des armes. Premièrement, les conclusions du commissaire du gouvernement du Conseil d’Etat ne lui ont pas été communiquées préalablement. Deuxièmement, l’opportunité de répondre aux conclusions du commissaire du gouvernement ne lui a pas été offerte. Troisièmement, le commissaire du gouvernement, s’étant

en relation

  • Arrêt kress
    287 mots | 2 pages
  • Droit administratif arrêt martinie
    2071 mots | 9 pages
  • Commentaire de l'arrêt: cedh 12 avril 2006 martinie c. france
    2552 mots | 11 pages
  • Le rapporteur public
    1509 mots | 7 pages
  • Le ministère public dans la jurisprudence de la cour européenne des droits de l'homme
    10181 mots | 41 pages
  • La remise en cause du rapporteur public (ancien commissaire du gouvernement)
    4544 mots | 19 pages
  • Sémiotique sociale
    481 mots | 2 pages
  • La note en délibéré dans le contentieux administratif, jurisprudence LENIAU, CE 236125, 12 juillet 2012
    13524 mots | 55 pages
  • Le rapporteur public
    2075 mots | 9 pages
  • Dissertation le ce est-il impartial
    1290 mots | 6 pages