La chrétienté médiévale

Pages: 7 (1658 mots) Publié le: 16 décembre 2012
II. B. les ordres religieux au cœur du dynamisme spirituel de la chrétienté médiévale
Le clergé se divise entre les séculiers et les réguliers. Le clergé séculier comprend l’ensemble des clercs qui vivent dans le « siècle » (saeculum), c'est-à-dire dans le monde. Le clergé régulier groupe les religieux et les religieuses qui vivent sous une règle – par exemple la règle de saint Benoît – dans uncouvent ou un monastère. D’abord isolés, les monastères se groupent à partir du XIe siècle en puissantes congrégations, dont celles de Cluny, Cîteaux et la Grande Chartreuse en France sont les plus importantes. Le type du monastère d’hommes est l’abbaye gouvernée par un abbé qui jouit à peu près des mêmes prérogatives qu’un évêque et souvent relève directement du Saint-Siège (privilège del’exemption). Entre le Xe et le XIIIe siècle, on assiste à un authentique renouveau dans le monde monastique à la suite de l’introduction de différentes réformes.
a) Les réformes monastiques du Xe au XIIe siècle

* La réforme clunisienne
L’abbaye de Cluny est fondée en 910 par Guillaume le Pieux, duc d’Aquitaine, dans la vallée de la Grosne, aux confins du Mâconnais et du Charollais. Placée sousl’invocation de saint Pierre et de saint Paul, et sous la règle bénédictine, l’abbaye relève directement du Saint-Siège (privilège de l’exemption). Cluny a la chance d’être gouvernée, dès le début, par une série de saints abbés : Odon, Mayeul, Odilon, Hugues. Sous ce dernier la Congrégation de Cluny atteint son apogée avec 2000 dépendances et plus de 10 000 moines. Ce véritable empire monastique estdivisé en sept provinces. L’abbé de Cluny, supérieur général, préside les chapitres généraux.
Cette circonstance explique l’ampleur des bâtiments de l’abbaye et surtout l’immensité de son église, ruinée malheureusement au début du XIXe siècle. Couronné de quatre clochers, ce chef-d’œuvre de l’art roman mesurait 171 mètres de long et était la plus grande église de la Chrétienté après saint Pierrede Rome.
Le centre de toute abbaye est le cloître, ensemble de galeries servant de promenoir et entourant un jardin avec un puits. Sur le cloître s’ouvrent les salles communes : le Chapitre, pour les assemblées conventuelles, le Réfectoire, la Bibliothèque avec le dépôt d’archives (chartrier), etc. Au-dessus s’étend l’austère dortoir des moines. En dehors de la clôture, se trouve l’hôtelleriepour les hôtes de passage, les pèlerins, les pauvres.
L’abbaye se suffit à elle-même. A côté des moines prêtres, des frères lais (ou laïques) s’occupent de la culture des terres, de l’étable, du moulin, de la boulangerie, des divers ateliers. C’est donc une pacifique cité de prière, un centre d’imposantes cérémonies liturgiques en même temps qu’un atelier très actif de travail intellectuel etmanuel. L’abbaye est vraiment la bienfaitrice des régions où elle était établie, un asile sûr pour les habitants en cas d’alerte ; aussi un proverbe affirme : « Il fait bon vivre sous la crosse » [abbatiale !].
* Les moines blancs
Aux moines noirs ou Bénédictins, s’ajoutent à partir du XIe siècle des moines blancs : Chartreux (fondés par saint Bruno en 1084), Prémontrés (fondés par saintNorbert), Cisterciens. Ces derniers doivent leur nom à l’abbaye de Cîteaux en Bourgogne, où une réforme (Robert de Molesmes) remet en honneur le silence absolu, le maigre perpétuel et le travail des mains. L’ordre de Cîteaux compte bientôt jusqu’à 1800 monastères répandus dans toute la Chrétienté. Il est illustré au XIIe siècle part saint Bernard (+1153) abbé de Clairvaux (Aube), une des personnalités lesplus étonnantes du Moyen-Age.
b) Les ordres mendiants
Les ordres mendiants, qui apparaissent au XIIIe siècle, imposent la pauvreté, non seulement à chacun de leurs membres, mais encore au couvent lui-même, qui doit être uniquement entretenu par la charité publique. Les deux principaux ordres mendiants sont l’ordre des frères prêcheurs (ou Dominicains) et l’ordre des frères mineurs (ou...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La chrétienté médiévale
  • La chrétienté médiévale
  • La chrétienté médiévale
  • La chretiente medievale
  • La chrétienté médiéval
  • La chrétienté médiéval
  • La chrétienté médiévale
  • Chrétienté Medievale

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !