La crise grecque

Pages: 5 (1136 mots) Publié le: 29 juillet 2013
Le monde diplomatique
lundi 3 mai 2010
« Aider la Grèce » ?
L’Europe s’apprête à « aider la Grèce » comme le Fonds monétaire international (FMI) a autrefois « aidé » l’Argentine, la Russie… Toutefois, charité bien ordonnée commence par soi-même : la France et l’Allemagne, pour ne citer que ces deux pays, vont emprunter plusieurs milliards d’euros sur les marchés financiers, à un taux trèsmodéré, afin de prêter aussitôt cette somme aux Grecs, à un taux plus élevé. Est-ce cela qu’on appelle la « solidarité européenne » ? M. Eric Woerth, ministre français des affaires sociales (et ancien ministre du budget), a expliqué les choses le 29 avril dernier sur France Inter : « En aidant la Grèce, on s’aide nous-mêmes. Les 6 milliards[d’euros prêtés à la Grèce par la France] on ne les a pastrouvés dans les caisses de l’Etat. On les emprunte à un taux d’environ 1,4 ou 1,5 % et on les prête aux Grecs à environ 5 %. Donc nous ferons un gain là-dessus. C’est bon pour le pays, c’est bon pour la Grèce, c’est surtout bon pour la zone euro. Il faut rassurer les marchés. C’est toujours comme ça, il faut rassurer les marchés. [...] Il faut rassurer, il faut tendre un filet de sécurité public. »C’est en effet « toujours comme ça » : on rassure « les marchés » avec « un filet de sécurité public ». Les banques le savent. A ceci près qu’elles ont obtenu, elles, des prêts publics aux taux les plus bas qui soient. Et qu’elles les ont ensuite utilisés pour proposer des crédits … à un taux sensiblement plus élevé. Ce qui a permis à leurs actionnaires et à leurs dirigeants d’empocher la différencesans prendre le moindre risque. Ce n’était sans doute pas assez pour elles. Et on en revient à … la Grèce. Car, sous couvert d’aider ce pays, en lui infligeant une de ces « thérapies de choc » dont le FMI, pas si nouveau que ça en vérité, a le secret, il s’agit aussi de permettre à Athènes de payer ses créanciers. Au nombre desquels des institutions financières françaises et allemandes… Les Grecs,qui vont dans certains cas perdre deux mois de salaire et payer 4 % de TVA de plus qu’en février dernier, seront-ils assez ingrats pour ne pas remercier l’Europe de les avoir ainsi « aidés » ?
[pic]
Crise de la dette publique grecque de 2010 et ses conséquences

• Les acteurs et les facteurs de la crise grecque
La Grèce est une démocratie présidentielle parlementaire. Durant la crise, le partipolitique au pouvoir était la Nouvelle Démocratie dirigé par Kostas Karamanlis, qui succède au PASOK (parti social-démocrate qui durait depuis une décennie). La crise provient en grande partie des difficultés que rencontre l’État grec pour financer son budget en déficit, et faire face à une dette publique importante. La dette grecque a plusieurs origines ; en premier lieu, la crise financière de2007 et le renflouement des banques en 2008. Comme pas mal de pays pauvres, elle doit abandonner sa souveraineté nationale et surtout appauvrir sa population pour rembourser ses dettes. Ces dettes (plus de 113% de son PIB, soit près de 300 milliards d'euros ) viennent du faites que la Grèce empruntait des sommes importantes pour boucler son budget, comme la France, l’Allemagne mais aussi lesEtats-Unis, mais c’est avec une économie moins productive et moins exportatrice que les remboursements se trouvèrent difficile à faire. De plus, les riches grecs sont experts en fraude fiscale. La baisse de l’activité s’est traduite par une baisse des recettes fiscales et par l’augmentation du chômage de l’autre. Pour bénéficier de la "solidarité" des membres de la zone euro, France et Allemagneprincipalement, le gouvernement grec doit réduire ses dépenses et donc sous-financer les services publics, or la population est déjà pauvre, le chômage massif et le pays ruiné ( la criminalité ne cesse d’augmenter). Pour pouvoir contrer cette baisse des recettes fiscales, la Grèce va emprunter auprès de la Banque Commune d’Epreuves et se mettre sur les marchés financiers, à des taux variables, ce...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La crise grecque
  • Crise grecque
  • La crise grecque
  • Crise grecque
  • Crise Grecque
  • La crise grecque
  • La crise grecque
  • Crise grecque

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !