La croissance démographique xie-xiiie siècle

Pages: 7 (1535 mots) Publié le: 28 mars 2011
La croissance démographique XIe-XIIIe siècle

Toutes les sources, surtout les sources narratives, donnent à penser qu’il y a eu une forte
augmentation de la population. Comment compter la population au Moyen Age, comment
l’évaluer ? Quels outils utiliser pour compter ? Dispose-t-on de chiffres fournis par l’époque ?
I/ La démographie en France (et en Occident) : problème de sources et deméthodes
Il n’y a pas de dénombrement au sens moderne (contemporain) du mot. Seule l’Angleterre offre
un document de grand intérêt, le Domesday Book, c’est-à-dire le Livre du Jugement dernier de
1086. En effet, le roi d’Angleterre, Guillaume le Conquérant (1066-1087) fait entreprendre une
description générale de son royaume. Tout devait être répertorié : les tenures familiales (hides), laquantité de terre, de bétail, les redevances dues au roi dans chaque comté et à chaque propriétaire,
les terres des prélats, des earls (comtes). En réalité, tout le monde n’a pas été enregistré, les
principales villes sont absentes. Mais à partir des données des 276 000 déclarants, on a pu estimer
la population de 1086 à 1,3 million d’habitants. La question qui s’est posée est celle de savoir
combiende personnes vivaient en moyenne sur un hide. En suivant l’historien américain J. C.
Russel, on a utilisé le coefficient multiplicateur de 3,6. Il y a naturellement une marge d’erreur.
Quand on ne dispose pas d’un tel document, on est contraint d’essayer de compter la
population à l’aide des listes de tenanciers et de corvéables (ceux qui doivent encore la corvée),
des censiers (= livre deterre ou livre foncier, établi sur l’ordre d’un seigneur, dressant à une date
précise et valable à cette date, la liste des tenanciers et de leurs tenures, ainsi que les redevances
et les services qui y sont attachés), des terriers (= inventaire passé devant un notaire, et donc
authentifié, des tenanciers et de leurs tenures avec la liste des redevances et des services dus), des
livres decomptes… De nombreux documents concernent la gestion de seigneuries ; il devient
difficile, en partant d’eux, d’obtenir des informations à l’échelle d’une région ou d’un pays. On
commence à disposer de documents de nature statistique pour le XIIIe siècle. Il s’agit de
recensements fiscaux effectués dans certaines régions. Ainsi, par exemple pour la Normandie, on
dispose de la recette du fouage,c’est-à-dire l’impôt par feu (impôt ducal), contenue dans un
compte de Philippe Auguste de la Toussaint 1221.
Les chartes, les diplômes permettent parfois de reconstituer les généalogies de familles.
Grâce aux listes de témoins qui se trouvent à la fin de ces actes de la pratique ou tout simplement
aux noms des personnes présentes dans les actes, on peut essayer de dresser des généalogies et
donc deconnaître (avec une marge d’incertitude) le nombre d’enfant par famille féconde. Mais
ces documents enregistrent rarement les femmes et les enfants en bas âge et privilégient les
familles de l’aristocratie. Généralement les enfants morts jeunes et les filles n’apparaissent pas
dans les sources. On doit alors compter les garçons et multiplier le chiffre obtenu par deux, pour
connaître le nombred’enfants. Voici quelques exemples :
-L’historien, Robert Fossier (La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du XIIIe siècle,
Paris et Louvain, 1968), a traité 4 000 actes pour la seule région de la Picardie. De 1075 à 1300,
le nombre d’enfants par mariage fécond est toujours supérieur à 4,5, mais environ un tiers des
unions est resté stérile.
-André Debord (La société laïque dans lespays de la Charente, Xe-XIIe siècle, Paris, 1984)
reconstitue 716 familles (dont 60 % pour la période 1025-1150) : le nombre d’enfant par union
féconde est supérieur à 4, mais il estime à 43 % la proportion d’adultes restés sans postérité.
-Pour le Mâconnais (La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, 1971)
Georges Duby, entre 980 et 1050, réalise les...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les capétiens du xie au xiiie siècle
  • L'eglise et la pauvreté xie xiiie siècle
  • La chrétienté médiévale (xie
  • Église et société du xie au xiiie siècle
  • Société et culture Urbaine du XIe au XIIIe siècle
  • Le renouveau de l'Eglise entre le XIe et le XIIIe siecle
  • Vivre en chrétien entre le XIe et le XIIIe siècles
  • Formation des états européens xiè-xiiiè siècle

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !