La dissolution

378 mots 2 pages
Le Président de la République peut prononcer la dissolution de l’Assemblée Nationale, après la consultation du Premier Ministre et des assemblées. Ces consultations ne lient pas le Président de la République, il n’est pas obligé de suivre leur avis. Mais dissoudre, ce n’est pas se passer du Parlement : une nouvelle Assemblée est élue immédiatement (20j au moins et 40j au plus après la dissolution). Il faut que ce soit rapide car si il n’y a pas d’Assemblée, c'est dangereux pour le régime. Une session extraordinaire de droit ouvre alors pour que les membres de la nouvelle assemblée se réunissent et élisent le président… Il ne peut il y avoir une nouvelle dissolution dans l’année qui suit les nouvelles élections. Cette disposition nécessaire au maintien du régime et à une certaine continuité.
- Première dissolution en 1962 : l’Assemblée renverse le Gvt de Pompidou par une mention de censure et de Gaulle répond en dissolvant.
- Deuxième dissolution en 1968, consécutive aux évènements de mai. De Gaulle annonce dans son discours du 30 mai 1968 qu’il dissout l’Assemblée. C’est un arbitrage entre les acteurs de mai 68 et les pouvoirs politique. Arbitrage qui tournera en faveur du pouvoir politique.
- Dissolution de 1981 : le président Mitterrand vient de gagner les élections et cherche à avoir une majorité parlementaire.
- Dissolution en 1988 : Mitterrand veut une majorité parlementaire.
- Dernière dissolution créée par Chirac sur les conseils de Villepin en 1997. Cette dissolution aboutit à une catastrophe car le parti qui dissout est battu et il y a cohabitation. L’assemblée dissoute est une assemblée de droit, c’est même la plus forte majorité. Cette assemblée devait fonctionner jusqu’en 98. Un problème de pose et est celui se savoir si il y aura encore des dissolutions ?
Celui de 97 est a exclure, celui de 81 et 97 aussi (car élections directement liées au décalage entre mandat parlementaire et présidentiel). Celui de 62 est aussi à exclure car il y a une

en relation

  • Dissolution
    5005 mots | 21 pages
  • La dissolution
    811 mots | 4 pages
  • Dissolution
    1116 mots | 5 pages
  • La dissolution
    1230 mots | 5 pages
  • Dissolution
    1712 mots | 7 pages
  • Dissolution
    621 mots | 3 pages
  • Historicite du dissolution
    952 mots | 4 pages
  • Droit de dissolution
    554 mots | 3 pages
  • Dissolution du mariage
    975 mots | 4 pages
  • Dissolution introduction
    315 mots | 2 pages