La division du travail : durkheim

1065 mots 5 pages
Durkheim : Une vision complémentaire avec celles des classiques

« Faut-il être « individualiste », comme le voulaient les libéraux et les économistes, ou « socialistes », au sens où l’entendaient Proudhon et Marx ? »
C'est en réponse à cette question que Durkheim se différencie de la vision d’Adam Smith. En effet, Durkheim ne conçoit pas la division du travail de la même façon que les économistes. Cependant il a aussi des différences avec les socialistes tel que Marx.

1/ Une approche différente concernant l’origine de la division du travail

* Rappel de la naissance de la division du travail chez Smith :
Pour Smith, la division du travail est la conséquence d’un penchant naturel à l’Homme, celui de l’échange. Il dit notamment qu’elle est « la conséquence nécessaire, quoique lente et graduelle, d’un certain penchant naturel à tous les Hommes ».
Ce penchant entraine donc les Hommes à se spécialiser dans le domaine où ils sont les plus efficaces.
Aussi, Smith oppose deux types de société pour expliquer l’origine de la division du travail :
- L’état primitif : Cet état précède l’accumulation du capital et l’appropriation des terres. Ici, les prix sont déterminés par la quantité de travail pour les produits. C’est donc un état sans classe sociale avec des travailleurs indépendants.
- L’état avancé : Il se caractérise par le fait qu’il y a une accumulation de capital et que les terres sont appropriées. Le produit est partagé entre différents acteurs (travailleurs, capitalistes, propriétaires foncier).
Smith oppose ces deux types de société car pour lui, l’accumulation d’un capital est un préalable à la division du travail. En effet, il faut un fond de salaire et des outils nécessaires à l’activité du travailleur spécialisé (dépendant).
Ainsi on peut conclure qu’Adam Smith pense que les individus qui se mettent à échanger décident de diviser le travail pour accroitre leurs productivités dans un seul domaine. C’est donc une vision individualiste.

en relation

  • Institutionnalisation du marché
    328 mots | 2 pages
  • Adam smith, richesse des nations, extrait chapitre viii
    2801 mots | 12 pages
  • Adam smith
    915 mots | 4 pages
  • Sujets de colles ses
    1664 mots | 7 pages
  • Croissance et crise
    1527 mots | 7 pages
  • Séance 5 La théorie de Marx
    1129 mots | 5 pages
  • Les assurances Sécuriplus
    933 mots | 4 pages
  • Le marché
    2718 mots | 11 pages
  • Division du travail et extension des marchés, smith
    488 mots | 2 pages
  • Courbet Enterrement Ornans
    2729 mots | 11 pages
  • Eefahr gea r
    463 mots | 2 pages
  • Consommer : entre imitation et distinction
    299 mots | 2 pages
  • Relation International Yerrou
    4246 mots | 17 pages
  • Eco Europeenne Chap I
    5969 mots | 24 pages
  • Disparition de la classe ouvrière
    1167 mots | 5 pages