la folie

Pages: 23 (5532 mots) Publié le: 30 juin 2014
UNIVERSITE GASTON BERGER DE SAINT LOUIS
UFR DES SCIENCES JURIDIQUES ET POLITIQUES
LICENCE 1 / SEMESTRE 2
ECONOMIE POLITIQUE
L’économie vient du mot grec « oikonomos », du mot « oika » qui veut dire maison, cité et « nomos » qui veut dire règle donc qui veut dire administration de la cité, de la maison, du domaine. Et on rajoute le terme politique qui renvoi à la cité-Etat.Traditionnellement, on définit l’économie comme la science qui étudie la façon dont sont aménagées la production et la répartition des richesses. Le terme économie politique renvoi à la modernité dans la gestion de la cité où le Gouvernement joue nécessairement un grand rôle. L’expression économie politique est créée au début du 17ième siècle et employée à l’origine selon Charles Gide pour décrire « l’étude de laproduction économique, l’offre et la demande de biens et services et leurs relations avec les lois et coutumes ; le Gouvernement, la distribution des richesses et la richesse des nations incluant le budget ». Pour Léon Walras, l’économie politique se définie comme l’exposé de ce qui est, et le programme de ce qui devrait être.
L’évolution de la pensée économique peut être retracée en 5 grandesphases historiques qui ont été :
1) Jusqu’au 16ième siècle la pensée économique n’est pas formulée en tant que telle. Il s’agit généralement d’un prolongement de l’analyse philosophique, historique ou politique.
2) De la fin du 16 au début du 18ième siècle, la pensée économique émerge en tant que forme d’analyse spécifique dans le cadre de la doctrine mercantiliste. Antoine de Montchrestieninvente ainsi le terme économie politique pour qualifier son approche scientifique.
3) Au 18ième siècle, la pensée économique s’affirme comme discipline indépendante, dotée d’institutions autonomes. Formalisée par Adam Smith, le paradigme libéral ou classique contribue à la détachée définitivement de l’analyse politique.
4) Au 19ième siècle, la Révolution financière et la Révolution Industriellecontribue à une remise en cause partielle du paradigme classique. Les théories alternatives plaident en faveur d’une action étendue de l’Etat pour réguler les activités économiques.
5) De la fin du 19ième siècle à nos jours, on assiste à la coexistence de plusieurs paradigmes concurrents : le néoclassicisme, le keynésianisme, le libertarialisme. La pensée économique tend également à se décanter enune multitude de spécialités et de programmes théoriques.

Chapitre I : L’ETAT MARCHAND :
Le système féodal reposait sur le besoin de protection que ressentaient les paysans exposés aux entreprises des pillards. Le Seigneur défend ses gens et ses serfs et chaque manoir produit la plus grande partie de ce qu’il consomme. Avec l’évolution du commerce par voie terrestre et maritime, le besoinde protection diminue et les propriétaires des récoltes excédentaires peuvent les vendre et acheter en échange d’autres produits agricoles qui leur font défaut ou des articles fabriqués par les artisans des villes. Les cités se développent, les marchands prospèrent et un système commercial avec ses marchés et ses foires succède peu à peu au vieux système coutumier de production et de consommationlocale. L’augmentation de la population des villes, la fabrication accrue de biens destinés à la vente, le développement du commerce et des transports des marchandises sur de longues distances, sont les facteurs principaux qui déterminent l’apparition de l’Etat national centralisateur de pouvoir. En Espagne, au Portugal, en France, en Angleterre, dans les principautés allemandes, règne un monarqueabsolu, symbole et expression de la souveraineté de l’Etat. Contrairement aux seigneurs féodaux, l’Etat emploi une armée de mercenaires pour protéger son pouvoir, les fonctionnaires pour administrer ses affaires et lève des impôts pour faire face à ses dépenses. Comme les marchands, l’Etat a besoin d’argent et plus les sujets ont de l’argent plus l’Etat peut en collecter et en dépenser. Il...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La folie
  • La folie
  • La folie
  • Folie
  • La folie
  • La folie
  • La folie
  • La folie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !