La nation dans tous ses états - concepts

781 mots 4 pages
Dès l’avant-propos de son ouvrage, Dieckhoff s’oppose à la perception que le nationalisme soit un concept archaïque, un anachronisme tribaliste dans un monde moderne penchant inexorablement vers la mondialisation et l’universalisation. Il déclare plutôt que le nationalisme soit «une configuration centrale de la modernité, même s’il revêt parfois une forme odieuse.» En effet, Dieckhoff en réaffirme la préséance, même dans un contexte de mondialisation grandissante, en soulignant l’apparition récente de nombreux nouveaux États dans la foulée du démembrement de l’URSS, de la Yougoslavie et de la Tchécoslovaquie, de même qu’en rappelant la présence continuelle des nombreux mouvements nationalistes séparatistes, entre autres québécois, écossais, catalans, basques et kurdes. C’est donc en tentant d’expliquer comment les États modernes peuvent répondre à ce phénomène de nationalisme de dissociation (par rapport à un État préétabli) que Dieckhoff avance l’idée de l’État multinational comme étant le mieux adapté.
Tout d’abord, le premier concept à entériner en voie de comprendre l’État multinational est celui de la consociation. En effet, ce système de gestion de gouvernement prévalant dans des sociétés en proie à d’importants clivages (tels que la religion, la langue ou le spectre politique) repose sur la reconnaissance d’une large autonomie aux groupes ainsi définis par ces clivages. De cette manière, les individus ne sont en pratique pris en charge que par son propre groupe d’appartenance, dans les champs de compétence qui lui sont réservés. Ainsi, les néerlandophones de la Belgique se voient gouvernés par un gouvernement régional flamand, et les francophones par un gouvernement wallon, tandis qu’avant cette décentralisation de 1993, le pays entiers avait tendance à se pencher vers la francisation, au grand dam des Flamands. Cependant, cette forme de gouvernance dépend entièrement de la bonne coopération entre les dirigeants de ces groupes en questions, sans quoi un

en relation

  • ETAT ET NATION
    1887 mots | 8 pages
  • Limites de l'efficacité décisionnelle du conseil de sécurité de l'onu
    9987 mots | 40 pages
  • L'etat-nation
    1189 mots | 5 pages
  • Pourquoi les États européens ont-ils finalement convergé vers différentes variantes de l’État-nation ?
    1684 mots | 7 pages
  • L'etat souverain
    3660 mots | 15 pages
  • Droit
    3210 mots | 13 pages
  • L'etat est-il encore souverain ?
    2475 mots | 10 pages
  • Entre-t-on dans l'ère post-nationale ?
    1658 mots | 7 pages
  • exposé citoyenneté europeene
    3064 mots | 13 pages
  • Ingérence et souveraineté
    7017 mots | 29 pages