« La poésie doit être faite par tous, et non par un … » principe des cent mille milliard de poèmes de raymond queneau d’après lauréamont

Pages: 2 (409 mots) Publié le: 3 avril 2011
« La poésie doit être faite par tous, et non par un … »
Principe des Cent mille milliard de poèmes du maitre d’après Lauréamont

Cent mille milliards de poèmes est un « petit ouvrage qui permet àtout un chacun de composer à volonté cent milles milliard de sonnets ». RQ présente le premier ouvrage oulipien avec 10 sonnets de 14 vers aux rimes « ni trop banales, ni trop rares ou uniques » etstructures syntaxiques compatibles. Pour composer un sonnet nouveau (un des cent mille milliards) il suffit de prendre n’importe quel premier vers d’un des dix sonnets de base. Puis de le fairesuivre d’un second vers de son choix et ainsi de suite. Il ya dix choix indépendants pour un premier vers. Pour chacun d’eux dix choix indépendants de second vers, ce qui donne dix fois dix (100)possibilités. Avec le troisième vers on arrive à 1000 choix possibles ; ensuite 10 000, 100 000 et enfin… Cent mille milliards en choisissant le quatorzième et dernier vers.
D’ après RQ : « C’est sommetoute une sorte de machine à fabriquer des poèmes, mais en nombre limité ; il est vrai que ce nombre, quoique limité, fournit de la lecture pour près de deux cents millions d’années (en lisantvingt-quatre heures sur vingt-quatre) ». Queneau entreprit cette tâche incroyable en se pliant à un certain nombre de contraintes extrêmement strictes afin de permettre la lecture des SONNETS DERIVES à partirdes SONNETS GENITEURS quelle que soit la combinaison choisie. Et s’il l’on veut respecter strictement les contraintes du sonnet classique, on doit s’interdire d’utiliser le même mot à la rime. Or, dansle travail de Queneau, le mot « marchandise » se trouve:
- en cinquième vers du dixième sonnet « On vous fait venir une orde de marchandise »
- en septième vers du troisième : « Nous regrettionsun peu ce tas de marchandise »
Et les mots « si » et « destin » figurent aussi deux fois, ils sont dans les deux cas quatorzième vers:
- « Si la cloche se tait et son terlintintin » du premier...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Cent mille milliards de poèmes
  • Cent mille milliards de poèmes
  • Cent milliard de poemes (oulipo)
  • la poésie doit-elle toujours être esthétique?
  • La poésie est-elle faite pour être lue à voix haute?
  • La poésie est-elle faite pour etre lue à voix haute ?
  • Raymond queneau
  • Raymond Queneau

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !