La république de platon

Pages: 5 (1037 mots) Publié le: 13 novembre 2012
I – L'homme-cité ou la cité-homme ?
1) La justice dans la cité.
Le référent auquel il s'agit de comparer l'homme : la cité. Sur quoi fonder cette comparaison ? « La justice existe aussi d'une certaine manière pour la cité entière ». Les mêmes lettres se trouvent aussi écrites ailleurs. Quelle est cette justice dont il est question dans la cité ? Platon ne le précise pas dans ce texte. Mais ilest permis de le supposer. Être juste : rendre à chacun ce qui lui appartient (Cf livre 1). La justice est une vertu certes, mais elle a ceci de spécifique qu'il s'agit d'une vertu sociale. (Cf. cours 2). La justice est une vertu de l'individu qui prend pour objet non pas cet individu lui-même, mais Autrui. Le courage, la sagesse, sont des vertus dont l'action forme celui qui en est le porteur. Lecourage ne concerne que le courageux. La sagesse ne concerne que le sage. La justice ne concerne pas seulement le juste, elle concerne aussi celui avec qui le juste est en rapport. Être juste, c'est être juste envers quelqu'un. La justice est une vertu sociale, et dans la mesure où elle équilibre les relations entre les hommes, c'est une vertu politique. C'est pour cette raison que la justice quiexiste dans l'individu existe aussi nécessairement dans la cité, qui est une totalité de relations socio-politiques.
Ici, c'est la même justice que celle qui se trouve dans l'individu qui est étudiée, mais d'un autre point de vue : non depuis le pdv partiel (partial ?)de l'individu, mais depuis le pdv total de la cité, du point de vue de la totalité des relations inter-individuelles quiconstituent la cité. Chercher la justice dans la cité, c'est chercher les relation que rend possible la totalité de la cité et que l'on peut appeler juste.
Si la justice consiste dans une certaine forme du rapport à Autrui, la cité déploie en plus grand cette forme de vertu. En effet, la cité consistant essentiellement en une multiplicité de rapports interindividuels, la question se pose de la manièredont elle constitue et gère ces rapports.
2) Une identité de structure entre l'homme et la cité, mais qui est le modèle de l'autre ?
Dans ce déploiement d la méthode de Platon, il y a une affirmation forte de Platon : que l'homme individuel et la cité sont des supports identiques. Il s'agira alors pour Platon de détecter la ressemblance entre les deux supports (c'est ce terme de ressemblance quinous fait dire ici qu'il s'agit d'une comparaison). Dans cette affirmation une question se pose qui doit nous préoccuper en permanence dans la lecture de Platon : lequel des deux supports, de l'individu ou de la cité, est le modèle à la ressemblance duquel l'autre est constitué ?
La question peut sembler d'abord importée de l'extérieure dans le texte de Platon, mais elle peut trouver dans le textelui-même, matière à s'exprimer. Nous avions détecté dans la partie précédente une certaine circularité : il nous fallait un grand modèle où nous puissions « reconnaître » les petits caractères, nous cherchions donc un grand modèle à la ressemblance du petit, même si la reconnaissance de cette ressemblance posait problème. Dans cette partie du texte, nous cherchons un grand modèle et nous tentonsde voir si le petit lui ressemblera. La cité est-elle alors forgée pour seconder une étude de l'individu humain, ou l'homme est-il seulement un point de comparaison avec la cité. Lequel des deux est premiers.
Sur ce point, il faut faire une appartée non explicative. Le texte que nous étudions semble clairement répondre en faveur de la première branche de l'alternative : l'étude de la citén'intervient que pour répondre à un problème non politique, exclusivement moral, qui regarde uniquement l'individu humain. Ce texte nous dit que l'objet dernier du dialogue est et demeure l'individu, et que son problème principal est un problème de morale : on cherche une vertu chez un homme, et pour la découvrir, on cherche cette même vertu dans un support plus grand. Mais l'objet de l'étude reste...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Platon-la république
  • Platon république
  • Platon la république
  • Platon
  • La république de platon
  • La république de Platon
  • La république de platon
  • La république platon

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !