La société et l'état

Pages: 6 (1352 mots) Publié le: 21 mars 2010
La société est un groupement d’individus occupant un territoire bien définie, entretenant des relations d’interdépendance, partageant une culture commune et des institutions. On distingue société et communauté, celle-ci faisant davantage appel à un partage des biens et des valeurs.
La société comme condition du développement de l’homme Qu’elle soit conçue comme naturelle comme dansl’Antiquité ou institutionnelle dérivée d’un contrat, la société n’est pas une réalité accidentelle de l’existence des hommes mais la condition du développement de leur humanité.
Au temps d’Aristote, il allait de soi que l’homme était sociable par nature. La société venait en aide à la faiblesse des hommes. La collaboration des hommes permettait leur épanouissement. L’hommen’était pas pensé indépendamment de la société mais il évoluait naturellement. Le fondement de la société est l’amitié -la philia- dit Aristote. Les différentes sortes d’amitié, au sens de bienveillance, humorisme, … fondent les différentes sortes de société humaines. C’est, dit Aristote, « dans une mise en commun que consiste l’amitié ». On a des compagnons d’armes, denavigations, de classe, … mais aussi des compagnons avec qui on fait du commerce, des compagnons avec lesquels on trouve du plaisir … Aristote insiste sur la communauté d’intérêts et sur le rôle du langage. L’homme est un « animal politique ». Chez les Modernes, on aura une conception plus ambivalente. Kant parlera dans la 4ème proposition de l’Idée d’une histoireuniverselle d’un point de vue cosmopolitique de l’ « insociable sociabilité » des hommes. Il existe un conflit entre le désir de s’associer et la répugnance à le faire. Dans le lien social, il y a de la rivalité et c’est cela même qui développe nos dispositions, nos talents. L’antagonisme entre les hommes est source de progrès. La nature est ainsi organisée. Ce qui est certain, c’est qu’en dehors dela société, l’homme n’est qu’une abstraction. C’est dans la relation à autrui et par le langage que l’homme se rapporte à un monde humain. Coopération et division du travail sont nécessaires pour s’adapter au milieu naturel. L’exemple de l’enfant sauvage montre à quel point la société est nécessaire à l’homme.
L’organisation de la société ne va pas de soi « La belle totalité éthique »de la cité grecque semble révolue …
L’individu réclame que ses aspirations personnelles soient satisfaites. Mais si chacun ne vit que pour soi, comment l’intérêt commun peut-il être sauvé ? Une société gouvernée par l’intérêt privé peut-elle être harmonieuse ? Les activités économiques, les relations sociales liées à la division du travail, la généralisation des échanges monétaires,peuvent-elles être l’unique vecteur du lien social ?
La société est une réalité problématique marquée par des contradictions.
La vie en société développe les inégalités naturelles. Les inégalités sont sensibles car elles contrastent avec l’égalité de droit instituée dans nos sociétés démocratiques.
Rousseau a montré dans le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi leshommes que les inégalités naturelles étaient peu de choses par rapport aux inégalités sociales. Peut-on concevoir des institutions qui les atténueraient, voire les résorberaient ?
Les inégalités de considération sont inhérentes -dit Rousseau- à toute vie en société. Dans l’inégalité de richesse, c’est l’inégalité de crédit qui est recherchée.
Ce tout instable qu’est la société demande desrégulations. L’Etat encadrerait cette société civile. Mais l’Etat n’est-il qu’une armature maintenant l’ordre ? La question de l’Etat nous invite à réfléchir sur les liens entre le pouvoir et la communauté.
Rousseau avait élaboré la structure d’un contrat d’association au sein duquel les hommes accéderaient tous au statut de citoyen membre du souverain. La démocratie cherche à...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La société et l'état
  • L'état et la société
  • Le sol, la société et l'etat
  • L'état est il ennemi de la société
  • La société contre l'etat
  • La société contre l'état
  • La société contre l'état
  • L'état est il formateur de la société

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !