Le bonheur au 18ème siècle

Pages: 5 (1056 mots) Publié le: 6 novembre 2010
[pic]

[pic]

« La science a-t-elle promis le bonheur ? Je ne le crois pas. Elle a promis la vérité, et la question est de savoir si l'on fera jamais du bonheur avec de la vérité. »
Emile Zola

Selon l’encyclopédie la définition du bonheur est : la réussite, le succès, la chance, l’état de la conscience pleinement satisfaite. La notion de bonheur a été développéeau XVIIIème siècle par les philosophes des lumières.

Qu'est-ce qu'un philosophe ?
L'idée la plus générale que l'on peut s'en faire est celle d'un homme ou d'une femme qui réfléchit avec sa raison sur le monde et la pensée, pour accéder à la sagesse ou pour comprendre le sens de la vie, dans l'espoir d'être plus heureux ou libre.

I. Qu’est-ce que le bonheur au XVIIIème siècle ?

En 1715, lamort de Louis XIV marque le début du siècle des lumières celui-ci tire son nom d’un mouvement intellectuel, culturel et scientifique aux multiples manifestations connues sous le nom de Lumières. C'est l'enjeu de vivre et de penser des philosophes des lumières. Le mouvement des philosophes n’est pas uniforme, mais tous fixent pour objectif à l’humanité et plus encore à l’individu, le bonheur,« idée neuve en Europe »
Avant le bonheur était définit par l'église qui ne croyait pas au bonheur immédiat et qui au contraire plonge l'homme dans un sentiment tragique de l'existence. L'homme n'a alors qu'une seule perspective : son salut, a l'instar de l'opinion de Pascal Blaise (mathématicien, physicien, inventeur, philosophe, moralisateur, théologien français de l'époque).

Tout homme veut êtreheureux et cela suffit peut être à définir, au moins provisoirement le bonheur : il est ce que chacun désir pour lui même, et sans qu'il soit besoin d'en justifier la valeur ou l'utilité.
"A quoi bon être heureux ?" A cette question saugrenue le bonheur se reconnaît, il est le désirable absolue qui vaut par soit seul la satisfaction ultime vers quoi toutes les satisfactions tendent.
Une telledéfinition n'est pourtant que nominale c'est ce qui explique que les hommes, qui s'entendent si bien sur le mot, s'entendent si peu sur la chose : tous appellent "bonheur" ce qu'ils désirent absolument mais tous ne désirent pas la même chose ...

Tout être tend vers son bien et le bonheur est le bien de l'homme. Il est donc, dans toute action, dans tout choix, la fin que nous visons et en vue delaquelle nous faisons tout le reste. « Fin parfaite » dit Aristote en ceci que le bonheur est "toujours désirable en soi-même et ne l'est jamais en vue d'une autre chose".

Le bonheur qui n'est lui même ni un mot ni une chose qu'est-il ? Peut-on l'atteindre ? Comment ? La philosophie et la vie trouvent là l'objet de leur préoccupation.

Les philosophes s'opposent à cette idée archaïque dubonheur, ils croient en un homme nouveau. Selon eux l'homme est en marche vers le bonheur grâce au développement des sciences et à l'essor économique. On retrouve cette apologie des sciences avec Voltaire (chef de fil des philosophes des lumières) dans son poème Le Mondain, Où il prend a contre pieds les croyances, les valeurs religieuses, qui fondent l'idée du bonheur sur l'austérité et le sacrifice.LE MONDAIN de VOLTAIRE
Regrettera qui veut le bon vieux temps,
Et l’âge d’or, et le règne d’Astrée,
Et les beaux jours de Saturne et de Rhée,
Et le jardin de nos premiers parents;
Moi, je rends grâce à la nature sage
Qui, pour mon bien, m’a fait naître en cet âge
Tant décrié par nos tristes frondeurs :
Ce temps profane est tout fait pour mes moeurs.
J’aime le luxe, et même la mollesse,Tous les plaisirs, les arts de toute espèce,
La propreté, le goût, les ornements :
Tout honnête homme a de tels sentiments.
Il est bien doux pour mon coeur très immonde
De voir ici l’abondance à la ronde,
Mère des arts et des heureux travaux,
Nous apporter, de sa source féconde,
Et des besoins et des plaisirs nouveaux.
L’or de la terre et les trésors de l’onde,
Leurs habitants et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le bonheur en 18eme siécle
  • Le bonheur au 18ème siècle
  • Sur le 18eme siecle
  • Le 18eme siecle
  • Le 18ème siecle
  • 18eme siecle
  • Le 18ème siècle
  • Le 18eme siecle

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !