Le bonheur selon Aristote

Pages: 10 (2453 mots) Publié le: 6 novembre 2013
En sa qualité de but, de principe moteur de l’action, le bonheur ne quitte jamais l’esprit de l’homme. Projet ou état de fait, il reste toujours ancré dans son âme pour le pousser à accomplir sa nature par l’atteinte de la sérénité, de se rapprocher du divin. Qu’est-ce que le bonheur? Chacun de nous a une idée de ce qu’il pourrait être, un présentiment, un schéma qui attend être rempli, oul’impression de l’avoir vécu ou de le vivre rééllement. En sublimant l’état d’admiration ou de désir qui accompagne d’habitude la réflexion sur le bonheur, Aristote pense le bonheur „de tous côtés”, si on peut dire comme ça, il passe en revue tous les aspects du bonheur avec méticulosité et grâce. En partant du bien, dont le bonheur est de toute évidence une espèce, Aristote arrive à „commensurer” lebonheur et de le rendre „accessible” à notre raison.

„Le vulgaire, comme les gens éclairés, appelle ce bien suprême le bonheur (εύδαιμονία); et dans leur opinion commune vivre bien, agir bien est synomyme d’être heureux”.[1] Mais ce qu’Aristote remarque ensuite, c’est que sur l’essence et la nature du bonheur, le sage et le vulgaire ne sont plus d’accord. Il est aussi vrai que lebonheur est toujours désirable car censé remplir un manque, qui diffère d’un individu à l’autre, et aussi pour un même individu d’un temps à autre. C’est pourquoi, et Aristote le précise lui-même, „le malade croit que le bonheur est la santé, le pauvre, que c’est dans la richesse”. Et une fois ce manque satisfait, l’individu déplace son désir vers un autre but, qui devient à son tour l’incarnation dubonheur. Evidemment, cette incarnation, cette représentation est nécessaire seulement à ceux qui ont besoin d’une apparence, de focaliser leur volonté sur un objet précis, pour entendre le bonheur.

Le bonheur est en relation étroite avec le genre de vie que chacun mène. Aristote distingue trois types de vie, chacune d’elles favorisant une inclination vers une manière particulièred’entendre le bonheur: la vie des jouissances matérielles, la vie politique et la vie intellectuelle. Ainsi, „les natures vulgaires et grossières croient que le bonheur, c’est le plaisir”. La satisfaction des sens est vue comme un but en soi que cette catégorie d’hommes s’efforce d’atteindre, parce qu’ils ne connaissent pas d’autres valeurs plus hautes. D’autre part, „les esprits distingués etvraiment actifs placent le bonheur dans la gloire”.[2] L’honneur est, pour ceux qui mènent une vie active dans la cité, la récompense rêvée et l’impulsion permanente vers l’action et les faits dignes d’éloge. Arrivé à cette vision sur le bonheur, Aristote observe que les honneurs sont accordées, ce qui ne va pas avec la premisse que le bonheur est un acquis personnel et qu’on ne peut pas l’enlever àcelui qui l’a créé lui-même. Aussi cette gloire tant désirée paraît-elle plutôt une preuve des capacités de quelqu’un, donnée à la communauté pour qu’elle lui reconnaisse le mérite, c’est un parcours orienté vers l’extérieur pour confirmer ses vertus en les actualisant. Pour ceux qui mènent une vie contemplative, dédiée à la recherche de la vérité, à la science, pour les sages, le bonheur réside dansla „vision des principes”[3]. „Le vrai bonheur se déploie dans la vision des principes”.[4]

Chez Aristote, il s’agit toujours d’une hiérarchie du bien: il existe „les biens qui sont des biens par eux-mêmes, et puis les autres biens qui ne le sont que grâce aux premièrs”[5]. Il y a des biens secondaires, intermédiaires qui aident l’individu à se procurer un bien supérieur. Ces bienssont des instruments, des étapes, des échelons qu’il est parfois nécessaire de parcourir pour atteindre le bien absolu, la fin suprême, qui est le bonheur. C’est pourquoi Aristote ne condamne pas la richesse, pour cela même qu’elle facilite l’acquis du bonheur. Mais penser les jouissances matérielles comme point d’arrêt dans la voie vers le bonheur, c’est incomplet et plus encore, c’est...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le bonheur selon aristote
  • Le bonheur selon aristote
  • Le bonheur selon aristote
  • La justice selon aristote
  • La richesse selon aristote
  • Réflexion sur l'amitié selon aristote
  • Vision selon aristote
  • le courage selon aristote

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !