Le conseil constitutionnel est il le gardien du principe de légalité ?

2630 mots 11 pages
Le doyen Vedel résumait l’Etat du droit sous les IIIe et IVe Républiques ainsi : « La constitutionnalité n'est que la mise en œuvre dans un cas particulier de l'idée de légalité ». On remarque par cela que, déjà bien avant l’instauration du Conseil constitutionnel, le principe de légalité était intimement lié avec l’exigence de constitutionnalité. Selon Georges Vedel cependant la constitutionnalité ne serait qu’un pan d’une idée de légalité transcendante en droit français. Mais se pourrait-il que ce soit la constitutionnalité qui permette au principe de légalité d’acquérir la légitimité qui le caractérise actuellement ? Le principe de légalité est très important car il est la garantie d’un système démocratique en droit pénal. Ce principe signifie que seule la loi a le pouvoir de créer des infractions pénales et de décider de la peine attachée à l’infraction. Un texte préalable est toujours exigé, le juge n’ayant ensuite pour mission que d’appliquer ce texte. C’est donc un principe fondamental en matière pénale, mais est ce une raison suffisante pour que le Conseil constitutionnel en assure sa pérennité ou tout du moins veille à son respect ? Ici le terme gardien a donc une importance capitale puisqu’en fonction de la définition retenue de ce terme le rôle du Conseil constitutionnel pourra être abordé différemment. Le terme de gardien dans cette hypothèse ne peut se comprendre en tant que coercitif, c’est au contraire la capacité de défendre, de préserver quelque chose qui est mise en avant. Le Conseil constitutionnel est-il alors apte à protéger le principe de légalité ? Depuis sa création par l’avènement de la Constitution de la Ve République, le Conseil constitutionnel occupe une place à part dans le système institutionnel français. Créé selon les dires de Michel Debré comme « une arme contre la déviation du régime parlementaire », le Conseil constitutionnel n’avait à l’origine que des pouvoirs très limités ; il s’agissait d’éviter un « gouvernement des

en relation

  • Le conseil constitutionnel est il le gardien du principe de légalité ?
    1110 mots | 5 pages
  • La conformité des lois et des règlements au bloc de constitutionnalité
    3564 mots | 15 pages
  • Dissertation: droit pénal et droit constitutionnel
    3371 mots | 14 pages
  • Le juge interne gardien des libertés fondamentales
    3678 mots | 15 pages
  • Chapitre 1 adm
    10623 mots | 43 pages
  • Commentaire d'arret : tc, 17 octobre 2011, scea du cheneau
    2107 mots | 9 pages
  • L'activité administrative
    2692 mots | 11 pages
  • Le juge administratif et la loi
    1783 mots | 8 pages
  • Le principe de la légalité et la qualité de la norme de pénale
    1417 mots | 6 pages
  • Droit
    2194 mots | 9 pages