Le horla

Pages: 15 (3731 mots) Publié le: 13 novembre 2012
le Horla de Guy de Maupassant resumé

www.comptoirlitteraire.com

André Durand présente

‘’Le horla’’
(1885)

nouvelle de MAUPASSANT

(500 pages)

pour laquelle on trouve :

l’examen de la genèse (page 2)


un résumé (page 2)


puis successivement l’examen de :


l’intérêt de l’action (page 4)l’intérêt littéraire (page 5)


l’intérêt documentaire (page 5)


l’intérêt psychologique (page 6)


l’intérêt philosophique (page 6)


la destinée de l’œuvre (page 7)



Bonne lecture !

Genèse

L'idée de cette histoire, dont on pourrait être tenté de chercher l’originechez Hoffmann ou Poe, qui aurait été donnée à Maupassant par Léon Hennique qui l’aurait lui-même reçue du dr Charcot, lui a plutôt été inspirée par son propre état mental. Comme il l’inquiétait, il avait fréquenté les cours de Charcot à la Salpétrière qui montrait l’impuissance de l’être humain à assumer l’entière responsabilité de ses actes, en une fin de siècle où on mettait en relief uneaboulie généralisée.
Elle avait été annoncée par “Lettre d'un fou” (1885) où un homme qui se pose des questions sur sa santé mentale écrit à son médecin qu'il voudrait entrer dans une maison de santé. Il vivait normalement jusqu'à ce qu'il se soit rendu compte que «nous sommes entourés de l'Inconnu inexploré». Il fait tout pour voir un être constitué d'une substance transparente dont il sent laprésence, un jour, dans une pièce pourtant bien éclairée où il l'empêche de se voir dans le miroir. Il ne l'a plus jamais revu, mais il a, dans le miroir, des visions hideuses.

Du ‘’Horla’’, il existe deux versions.

La première fut écrite en 1886 à la troisième personne et parut dans “Gil Blas”.
Dans la maison de santé qu'il dirige, le Dr Marrande a réuni « trois de ses confrères et quatresavants» pour écouter la confession d'un malade qu'il qualifie de cas « le plus bizarre et le plus inquiétant qu'[il] ait jamais rencontré ». Le patient raconte alors sa vie dans sa propriété normande des bords de Seine, son existence calme et sereine jusqu'à ce jour d'automne de l'an passé où il fut pris de « malaises bizarres et inexplicables». Des cauchemars s'ensuivirent, entraînant fatigue etamaigrissement ; puis survinrent des faits inexplicables : une carafe d'eau fut bue de nuit, dans sa chambre verrouillée ; une rose fut cueillie par une invisible main au cours d'une promenade ; un verre se brisa tout seul ; une page fut tournée pendant une lecture. Ainsi en vint-il à la certitude qu'il existait à son côté un être invisible et maléfique. L'épiant sans cesse, il le surprit un soir alorsque l'être venait de lui dérober son reflet dans une glace. Depuis, il s'est retiré ici, dans la maison de santé. Sans vraiment expliquer son mal, il peut au moins le relier au passage (peu avant l'apparition des premiers troubles) d'un trois-mâts en provenance du Brésil où sévissait une épidémie de folie.
Le récit de son patient achevé, le Dr Marrande conclut : « Je ne sais si cet homme est fouou si nous le sommes tous les deux ... ou si ... si notre successeur est réellement arrivé. »

L'année suivante, Maupassant se remit à l'histoire, la refit entièrement à la première personne, sous forme d’un journal.


‘’Le Horla’’

(deuxième version)

Nouvelle de 27 pages

Le narrateur, qui se trouve chez lui, près de Rouen, écrit son journal.

8 mai : Étendu dans l'herbe, ilcontemple la nature printanière et la maison dans laquelle il a grandi. Il admire le cours ondoyant de la Seine et le passage d'un superbe trois-mâts brésilien. Il écrit : « Quelle journée admirable ! […] J'aime ma maison.»
12 mai : « J'ai un peu de fièvre, [...] Je me sens triste, [...] ». Il s’est réveillé souffrant, et médite sur les influences mystérieuses qui peuvent altérer l'état physique et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • le horla
  • Le horla
  • Le horla
  • Le horla
  • Le horla
  • 'Horla
  • Horla
  • Le horla

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !