Le jugement par sois-même

528 mots 3 pages
DissertationLa question du jugement par soi-même est complexe. Donner un jugement sur quelque chose ou quelqu'un est en fait l'évaluer selon différents critères. Ces critères peuvent être moraux, légaux ou tout autres et changer selon les sociétés et modes de vie. Nous resterons ici le pus global possible dans le traitement de la question. Le terme « soi-même » appelle lui à un questionnement personnel. Nous essaieront de comprendre s'il est possible et bon. La réponse à cette question est importante puisqu'elle montrera l’intérêt d'un tel questionnement. Nous tenterons donc d'y répondre en voyant les arguments en faveur du jugement par soi-même, puis les arguments contre.

Tout d'abord, le jugement par soi-même apparaît comme un bonne idée, permettant une évaluation commode d'un acte commis ou à commettre. De plus, nous semblons être le mieux placé pour nous juger. En effet, qui d'autre possède une connaissance aussi absolue de notre passé, de nos envies et de nos goûts ? Qui d'autre que moi peut décider qu'il est temps de manger, puisque je suis le seul à ressentir ma faim ? À l'inverse, pourquoi quelqu'un d'autre serait mieux placé que moi pour juger mes actes alors que je suis le seul à connaître non seulement mon passé entier, mais aussi mon « moi intérieur », cette personnalité parfois cachée. Une fois effectuée, l'auto-évaluation permet la « correction » de l'individu.Toutefois, se pose le problème de l'objectivité. L'objectivité est la capacité d'un individu à évaluer une chose sans jugement de valeur. Cet état peut être atteint relativement facilement par quelqu'un étant extérieur au problème. En effet, n'ayant pas de lien direct avec l'acte en question, une personne extérieure serait moins enclin à se laisser influencer par d'autres éléments.
Ainsi, nous parlions auparavant du fait que seul « moi-même » connaît mon passé. Or l'expérience peut troubler un jugement. Par exemple, un acte précis défini comme « mal » peut engendrer des répercussions «

en relation

  • Un critique écrit à propos de partie de campagne de renoir : "exemple rarissime "d'une adaptation" semblable et différente, autre et même, même et autre ". vous justifierez ce jugement en vous appuyant sur une analyse
    2650 mots | 11 pages
  • Un critique écrit : « la littérature n’a pas pour vocation de se mêler des débats politiques ou sociaux. a vouloir jouer ce rôle, elle se pervertit et ne parvient même pas à être efficace. » ce jugement vous paraît-il fondé ?
    839 mots | 4 pages
  • Jinglu
    12906 mots | 52 pages
  • Autorité de chose jugée
    3157 mots | 13 pages
  • La chute, camus
    2707 mots | 11 pages
  • Kant, Critique de la faculté de juger, §1
    2347 mots | 10 pages
  • Voie de recours cpc marocain
    3082 mots | 13 pages
  • « La présence d'autrui a-t-elle plus de réalité que la mienne ?»
    2021 mots | 9 pages
  • Faut-il être cultivé pour porter un jugement éclairé
    1628 mots | 7 pages
  • dissertation de la m thodologie
    3897 mots | 16 pages