Le mythe de la licorne

407 mots 2 pages
La licorne, parfois nommée unicorne, est une créature légendaire généralement décrite comme proche du cheval et de la chèvre et de couleur blanche, possédant un corps chevalin, une barbiche de bouc, des sabots fendus et une grande corne au milieu du front, droite, spiralée et pointue, qui constitue sa principale caractéristique.
Depuis plus de 1500 ans, cet animal fabuleux qu'est la licorne fascine les Occidentaux. La licorne fut représentée sous toutes sortes de formes : cheval, gazelle, rhinocéros, cerf unicorne, chevreau... Sa taille pouvait également varier considérablement, de la taille d'un chien à celle d'un cheval.
Au fil du temps, la licorne est devenue le symbole de la pureté. Paradoxalement, elle fut cependant, selon les époques et les sensibilités, synonyme de relation érotique dans le couple qu'elle forme avec la jeune fille dont elle est inséparable ou bien au contraire figure de l'incarnation dans la religion chrétienne. Dans la religion catholique, elle représente le sacrifice que fit Jésus-Christ lorsqu'il fut crucifié. La légende veut que la licorne soit attirée par les vierges et uniquement par elles. C'est pourquoi l'on peut voir sur nombre de représentations artistiques des chasseurs parvenant à capturer et tuer une licorne grâce à la présence d'une jeune fille. Et c'est ce "don" qui symbolise l'histoire de la crucifixion. Dans les textes anciens, une autre vertu était attribuée à la licorne. En effet, l'on pensait que sa corne pouvait protéger des poisons. Elle était donc utiliser par les grands personnages qui souhaitaient prévenir ce risque. En réalité, il s'agissait sans doute d'une corne de narval réduite en poudre. Mais la distinction n'était pas faite car l'on croyait réellement à l'existence de cet animal fabuleux.
La licorne eut une grande importance au Moyen Âge étant donné ce qu'elle représentait aux yeux des chrétiens. ourtant, l'intérêt qu'elle suscita s'estompa après la Renaissance, sans doute en raison

en relation

  • Gangarides
    1679 mots | 7 pages
  • America magica
    1255 mots | 6 pages
  • pégase
    832 mots | 4 pages
  • guide pedagogique espace dali 1
    7361 mots | 30 pages
  • La vérité
    1944 mots | 8 pages
  • La philosophie
    1241 mots | 5 pages
  • La princesse de babylone
    1634 mots | 7 pages
  • Phénix
    1347 mots | 6 pages
  • Commentaire voltaire la princesse de babylone
    1628 mots | 7 pages
  • Princesse De Babylone
    662 mots | 3 pages