Le symbolisme

913 mots 4 pages
Un nouveau style littéraire est apparu en France vers la fin du XIXe siècle. Puisque la science ne semble plus posséder la clé de tous les maux à cette époque, un vent de pessimisme souffle alors sur le monde des idées et atteint grandement la littérature. À cette fin, le symbolisme est un courant littéraire apportant un peu d’exploration et de rêve aux poèmes, en utilisant le sens et la sonorité des mots empruntés par divers écrivains dans leurs écrits. Deux d’entre eux, Verlaine et Baudelaire, abordent l’amour dans leurs œuvres respectives : « Harmonie du soir » (1861) et « Mon rêve familier » (1866). En effet, les poètes sont nostalgiques au sujet de l’amour et ils dédient leur poème à un être bien aimé. Toutefois, Baudelaire vénère l’amour de sa vie comme étant une déesse tandis que Verlaine décrit plutôt la femme de sa vie comme étant une femme étrangère avec des traits qui lui sont familiers, lui rappelant les femmes que la vie a exilées.
Tout d’abord, les hommes de lettres nommés plus tôt déplorent l’amour comme étant surtout pessimiste, puisqu’ils aiment des êtres inaccessibles. Dans son poème, Baudelaire aime une femme qu’il n’a pas à ses côtés puisque c’est une demoiselle issue de son passé : « Ton souvenir luit en moi comme un ostensoir » (v. 16). Dans cette comparaison, il est possible de voir que la femme qu’il aime n’est plus qu’un simple souvenir puisque la vie l’a laissé plus loin derrière lui. De son côté, Verlaine aime aussi une femme inaccessible puisqu’il ne fait que l’imaginer : « Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant/D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime » (v. 1-2). Bref, en représentant la dame qu’il idéalise comme étant inconnue, Verlaine semble dire que cette charmante demoiselle n’existe que dans ses rêves. Il s’exerce donc à l’imaginer et à aimer cette personne sans même déjà l’avoir rencontré. Tout bien considéré, ces deux poètes sont en amour avec des femmes inaccessibles et c’est ce qui les rapproche de l’idéologie

en relation

  • Le symbolisme
    1164 mots | 5 pages
  • Symbolisme
    4340 mots | 18 pages
  • Symbolisme
    1195 mots | 5 pages
  • Le symbolisme
    1381 mots | 6 pages
  • le symbolisme
    261 mots | 2 pages
  • le symbolisme
    1036 mots | 5 pages
  • Le symbolisme
    623 mots | 3 pages
  • Le symbolisme
    3000 mots | 12 pages
  • Symbolisme
    21956 mots | 88 pages
  • Le symbolisme
    653 mots | 3 pages