Le systeme colonial frqncais: quels interets, quelles limites

648 mots 3 pages
La seconde partie du XIXe siècle voit la France se doter d'un empire colonial important. À la veille de la Première Guerre mondiale et jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, qui marque le début de l'émancipation des peuples dépendants, elle dispose ainsi du second empire colonial derrière l'empire britannique. Ses possessions s'étendent principalement en Afrique, en Asie, mais également dans le bassin méditerranéen, notamment avec le Maroc ou encore l'actuelle Syrie et l'actuel Liban. Coloniser c'est, avant tout, rechercher des avantages. Quels sont les avantages que le système colonial français retire et jusqu'où va-t-il pour obtenir ce qu'il veut ?
La politique coloniale de la France s'explique par plusieurs arguments. Le premier est d'ordre économique : la colonisation est un moyen pour s'approvisionner en matières premières à bon marché, c'est-à-dire, exploiter les richesses du sous-sol, les mines d'or, etc... et les produits bruts agricoles. Aussi, la colonisation est l'opportunité de trouver des débouchés pour les produits français. Car en colonisant, l'ouverture des marchés permet d'écouler les surplus de produits manufacturés. D'autre part, les pays riches qui colonisent peuvent placer des capitaux qui leurs seront bien avantageux. Cela se confirme dans l'entre-deux-guerres lorsque les Britanniques investissent 2/3 de leurs capitaux tout en sachant que, là-bas, tout est à construire

Alors que l'Europe connaît sa seconde phase d'industrialisation, que l'Allemagne et les États-Unis apparaissent de plus en plus comme des puissances industrielles de premier plan, la concurrence entre les pays industriels se fait de plus en plus vive et de nouveaux débouchés sont intéressants.
Le second argument consiste à présenter la colonisation comme la conséquence d'une mission civilisatrice − et même un devoir, selon l'expression de Jules Ferry. Enfin, un troisième argument relève du patriotisme. « Puisque les autres pays européens colonisent, nous devons coloniser »,

en relation