"Le théâtre n’est pas le pays du réel : il y a des arbres de cartons, des palais de toile, un ciel de haillon, des diamants de verre, de l’or de clinquant, du fard sur la pêche, du rouge sur les joues, un soleil qui

Pages: 6 (1350 mots) Publié le: 29 mars 2011
Le XVIIème siècle est marqué par l’apogée du théâtre, on voit apparaître les pièces à machines et autres trucages celui-ci devient alors l’espace de l’illusion. Mais le théâtre est le lieu du vrai, de l’expression des sentiments. On peut alors se demander si le théâtre est il le lieu de la vraisemblance ou celui du trucage et de l’artifice. Deux siècle plus tard Victor Hugo relance ce sujet etaffirme que le Théâtre est composé d’illusion comme de vraisemblance « Le théâtre n’est pas le pays du réel : il y a des arbres de cartons, des palais de toile, un ciel de haillon, des diamants de verre, de l’or de clinquant, du fard sur la pêche, du rouge sur les joues, un soleil qui sort de dessus terre. C’est le pays du vrai, il y a des cœurs humains sur la scène, des cœurs humains dans lacoulisse des cœurs humains dans la salle. ». Nous verrons tout d’abord que le théâtre est l’espace de l’illusion qu’il obéit a des conventions et qu’il utilise des artifices et des trucages puis nous montrerons que le théâtre est un lieu vrai car il exprime des sentiment véridiques, qu’il propose une vérité psychologique qu’il rend vivant les personnages et les émotions et que le théâtre est un lieu decommunication entre les acteurs et les spectateurs.

Le théâtre est un lieu artificiel, c’est l’espace de l’illusion. Il utilise des décors pour imiter le lieu réel mais ils sont artificiels où il utilise des trucages ce qui fait du théâtre le lieu de l’illusion. Les décors sont la pour présenter un lieu le plus réel possible mais qui ne sont qu’artifice. Ceux-ci sont souvent en trompe l’œilpour donner l’impression que le bâtiment existe. C’est ce que l’on appelait au 17ème siècle, le palais à volonté où le décor qui représentait une sorte de palais qui donnait l’impression qu’il y a avait des pièces en arrière-plan. Le décor imite la réalité en reprenant des objets du monde réel. Le décor n’est donc qu’une illusion, un artifice c’est pour cela que V. Hugo parle d’arbre en carton-pâte.De plus des machines sont utilisées pour faire voler les personnages ou pour donner des effets de lumière : La toison d’or de Corneille « on voit plus de trois cents personnes suspendues dans les nuages ». Un envoyé de la cour de Savoie dit cette phrase après avoir vu la pièce et nous montre alors l’utilisation des machines pour émerveiller le spectateur. Ou encore dans Dom Juan de Molière pourla fin de la pièce où la statue du Commandeur prend vie et Dom Juan disparaît de façon quasiment magique. Le théâtre est le lieu du spectaculaire, de la grande illusion. Mai il est aussi le lieu où l’on fait semblant. Le théâtre à l’origine signifie ce que l’on regarde. Il est le lieu de l’artificiel, du faux semblant. En effet, les personnages à l’origine du théâtre sont masqués. Le masquemontre qu’ils jouent un rôle, qu’ils font semblant d’être autre. Au départ, on appelait les acteurs « hypocritas » cela montre bien la duplicité de l’acteur de théâtre qui se dissimule, qui joue rôle. On retrouve le port du masque dans la commedia dell’arte. L’illusion est entretenue avec les costumes. Chaque acteur joue un rôle et même s’il ne lui correspond pas il donne l’illusion que c’est unpersonnage réel. De plus le théâtre obéit à des conventions arbitraires donc artificielles qui ne correspondent pas à la réalité. Celui-ci obéit à des règles que l’on ne peut pas contourner. En effet, au 17ème siècle, il y a la règle des 3 unités qui codifie de façon arbitraires une pièce. L’action unique se passe en un seul lieu, un seul jour. On le voit dans beaucoup de pièces classiques commedans Britannicus, la pièce se passe dans une pièce du palais, et le lieu ne change jamais, elle se déroule en une journée (du réveil de Néron au petit matin, à la mort de Britannicus le soir au cours d’un festin.) et il n’y qu’une seule action c’est l’enlèvement de Junie par Néron. La seconde règle et la règle de bienséance. Nicolas Boileau la résume comme cela « Ce qu'on ne doit point voir,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Sujet : « le théâtre n'est pas le pays du réel : il y a des arbres en carton, des palais de toile, un ciel de haillons,...
  • Sujet : « le théâtre n'est pas le pays du réel : il y a des arbres en carton, des palais de toile, un ciel de haillons, des...
  • Le théâtre n'est pas le pays du réel
  • Le theatre n'est pas le pays du réel
  • «Le théâtre n'est pas le pays du réel c'est le pays du vrai»
  • Victor hugo affirme : "le théâtre n'est pas le pays du réel..."
  • Art-thérapie : à la pêche au réel
  • Dissertation le theatre le pays du reel ou du vrai

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !