Le théologico-politique : religion et politique

924 mots 4 pages
Dans le Traité Théologico-Politique, la seule œuvre majeure publiée de son vivant, Spinoza montre combien nombre d’assertions théologiques des Églises et des religions, sont, en fait, des prises de positions politiques qui n’ont rien à voir avec le texte biblique. Il s’appuie sur les écrits de Abraham ibn Ezra[26] et reprend intégralement la lecture de la Bible, pour laquelle il propose une nouvelle méthode de lecture, qui demande à suivre ce principe que le texte ne soit expliqué que par le texte lui-même, sans lui substituer des interprétations plus ou moins « libres » . C’est-à-dire que, en cas d’incompréhension du lecteur, ou d’obscurité du texte, ou de contradiction de celui-ci, il faut aller chercher dans le reste du texte, d’autres passages susceptibles d’éclairer celui qu’on cherche à comprendre. Autrement dit : la réponse est dans le texte, et ne doit pas être cherchée dans l’imagination du lecteur. Toute interprétation est interdite. Il s’agit d’apprendre à lire le texte, en respectant l’intégralité du texte, qui contient forcément la réponse cherchée.

Spinoza révolutionne donc la compréhension des textes sacrés en s'opposant directement à Maïmonide (et Averroès). En effet, ces derniers expliquent que si les Écritures entrent en contradiction avec la raison, alors il faut les interpréter, c'est-à-dire passer du sens littéral au sens figuré. Or Spinoza considère que l’Écriture est avant tout un récit daté historiquement, destiné aux Hébreux de l'époque. Il est donc indispensable de mener une enquête historico-critique, afin de retrouver le sens originel du texte. Pour ce faire, il faut connaître l'hébreu ancien, le contexte historique, et la psychologie des acteurs. Ainsi: "Toute la connaissance de l'écriture doit donc se tirer d'elle seule", et non pas d'une comparaison anachronique avec les résultats de la science.

Si le texte de la Bible ne peut que s’accorder avec la raison, ses obscurités et contradictions doivent se dissiper par une étude

en relation

  • Philosophie Politique Contemporaine
    32450 mots | 130 pages
  • Spinoza
    1551 mots | 7 pages
  • Politique
    5033 mots | 21 pages
  • Démocratie et religion
    955 mots | 4 pages
  • Explication de la préface de spinoza
    1932 mots | 8 pages
  • Spinoza traité théologico-politique
    963 mots | 4 pages
  • Texte spinoza
    1026 mots | 5 pages
  • Baruch Spinoza
    830 mots | 4 pages
  • Spinoza
    3535 mots | 15 pages
  • Spinoza
    8929 mots | 36 pages