Les 2 sources de la morale et du droit

250 mots 1 page
SOURCES Les deux sources de la morale et de la religion

Chapitre IV – Société Naturelle et Démocratie
La démocratie évolue dans un sens contraire à celui de la nature. Elle est « Liberté, Egalité, Fraternité » quand la Société Naturelle est « Autorité, Hiérarchie, Fixité ».

Mais aussi : peut-être déjà parce qu’elle réunit les hommes, mais aussi et surtout parce qu’elle fait se rejoindre les deux « sœurs ennemies », toujours déclarées telles, que sont l’égalité et la liberté. Leur union se fait grâce à et par la fraternité.

La dynamique de la fraternité est essentiellement un amour. On trouve des sources de cet amour, d’un point de vue sentimental chez Rousseau, d’un point de vue philosophique chez Kant, d’un point de vue religieux chez Rousseau et Kant.
Elle a une source essentiellement religieuse, et de ce fait, la démocratie a une source essentiellement religieuse.

Pour preuve, la déclaration américaine de l’indépendance (les hommes créés égaux PAR DIEU), la Révolution française et ses premiers principes…

On ne peut donner de définition précise de la liberté et de l’égalité : la fraternité les unit pour l’avenir, et donc le progrès, et donc une évolution des possibilités de liberté et d’égalité. Elle pose des cadres à emplir.

Cela suppose un homme idéal. C’est un idéal régulateur. (« Une direction où acheminer l’humanité »). Exemple de la Révolution Française (bien que ses principes menacent de conduire à un intérêt particulier – il n’en fait cependant pas la

en relation

  • Cours droit civil
    1401 mots | 6 pages
  • Droit civil 1
    3658 mots | 15 pages
  • Droit et morale
    1258 mots | 6 pages
  • L’influence des règles morales et religieuses sur le droit
    3504 mots | 15 pages
  • Droit licence 1
    2026 mots | 9 pages
  • Droit et Morale s'opposent-ils ?
    796 mots | 4 pages
  • DroitCivil
    9240 mots | 37 pages
  • Sources du droit
    1679 mots | 7 pages
  • cours de droit privé
    2741 mots | 11 pages
  • Droit et morale cours
    1813 mots | 8 pages