Les contes de fées

5339 mots 22 pages
Introduction

Dans le cadre du cours de Bibliothèques et de littérature pour la jeunesse, j’ai effectué ce travail sur la thématique des contes de fées.
Je trouve le sujet très intéressant et vaste. En effet, les contes de fées recèlent bien des trésors, tant par leur structure que par leur contenu. Ils constituent, à mon humble avis, une base fondamentale dans la vie d'un enfant. C'est pour cette raison que je veux démontrer leur importance, et leur impact sur les lecteurs.

Mon travail aura pour but de répondre à cette question : « Doit-on remanier les contes pour qu’ils soient plus accessibles aux jeunes publics ? »

Pour y parvenir, j’ai délimité mon travail en 4 grandes parties. Tout d’abord, j’expliquerai ce que j’entends par « contes de fées », et ses origines. Ensuite, j’établirai une étude comparative entre les contes et les récits qu’ils lui ressemblent. Un chapitre sera bien sûr consacré à ma problématique. Et enfin, je présenterai un exemple de conte, et ses adaptations.

2. Le conte de fées

2.1 Qu'est-ce qu'un conte de fées?
Le conte merveilleux, ou conte de fées, est un sous-genre du conte. Dans ce type de littérature interviennent des éléments surnaturels ou féériques, des opérations magiques, des événements miraculeux propres à enchanter le lecteur, ou l'auditeur, dans le cas d'une séance de conte, généralement empruntée au folklore. La plupart des récits appartenant à ce genre littéraire ont circulé par le biais du bouche à oreille, avant d'être l'objet au XVIIe siècle de collectages, retranscriptions à l'écrit et de se retrouver relativement fixés dans leur forme et contenu.

2.2 Retranscriptions des contes de fées
Si la littérature du Moyen Âge est très empreinte de merveilleux (avec Chrétien de Troyes par exemple), le genre du conte merveilleux (appelé aussi conte de fées) apparaît réellement au XVIIe siècle avec des auteurs comme Charles Perrault, Madame d'Aulnoy ou Henriette-Julie de Castelnau de Murat. Ce désir de

en relation

  • Contes de fées
    333 mots | 2 pages
  • Contes de fées
    1380 mots | 6 pages
  • Les contes de fées
    811 mots | 4 pages
  • Les contes de fées
    3445 mots | 14 pages
  • Les contes de fées
    878 mots | 4 pages
  • La psychanalyse des contes de fées
    1870 mots | 8 pages
  • La psychanalyse des contes de fees
    587 mots | 3 pages
  • Psychanalyse des contes de fées
    3933 mots | 16 pages
  • L’interprétation des contes de fées
    1208 mots | 5 pages
  • La psychanalyse des contes de fées
    5631 mots | 23 pages