Les enfants et l'éducation dans la rome antique

349 mots 2 pages
Les enfants et l'éducation pendant la Rome Antique.

Intro : L’influence de l’éducation à Rome s’est fortement accrue après la conquête de l’Italie par les Romains. Après cette conquête, ce phénomène s’accentue avec l’afflux de grands pédagogues qui étaient souvent d’origine noble.

I.Les moyens d’instruction/d’éducation.

Les enfants de familles romaines riches ont deux moyens d’être instruits, des moyens qui sont choisis par leur père.
Ils peuvent être élevés à la maison, par un précepteur (en latin --> praeceptor). Mais en principe ils vont à l’école (ludus) et sont instruits par le maître (magister). Les écoles romaines sont mixtes.

II.Les filles.

Les filles ne poussent pas aussi loin que les garçons, leurs études s’arrêtent souvent après le «ludi magister» pour apprendre les tâches ménagères avec leur mère.

III.Les garçons.
(voir cours)

IV.Les étapes de l’instruction.

* De 7 à 11 ans, l’élève apprend les lettres, les syllabes, les mots et les bases du calcul. * Dès 11 ans et jusqu’à 15 ans, l’élève se rend chez le grammaticus, il apprend à expliquer les textes, à découper des mots, des phrases et des vers. Il commence la rédaction, l’apprentissage du calcul est plus poussé.

I. Les professeurs et la violence.

Les professeurs sont mal payés et sont assez autoritaires avec leurs élèves.
Les élèves sont battus avec une férule (ferula = baguette de bois) ou lanière de cuir.
L’enseignement est basé sur le par cœur et le rythme est relativement lent.
La violence dans l’éducation est très présente, à cette époque, on peut même parler de torture dans certains cas.
Les pédagogues soumettaient les filles de 7 à 13 ans et les garçons de 7 à 15 à de violents châtiments (fouet, férule, baguettes épineuses).

Conclusion: Peu d’élèves poursuivent leurs études au-delà du second degré, beaucoup s’arrêtent à la fin de l’école primaire. Seuls les privilégiés (bourgeois) se rendent chez le rhéteur où ils apprennent l’art de la

en relation

  • rome athenes
    1407 mots | 6 pages
  • Rome
    1613 mots | 7 pages
  • L'antiquité gréco-romaine
    13041 mots | 53 pages
  • Humanisme et renaissance
    1979 mots | 8 pages
  • rien
    1089 mots | 5 pages
  • Kkukuy
    1040 mots | 5 pages
  • Devoir La Famille Romaine
    1155 mots | 5 pages
  • Art du sport
    2981 mots | 12 pages
  • Humanisme de la renaissance
    1453 mots | 6 pages
  • Gargantua et la renaissance
    1844 mots | 8 pages