Les frontières de mon langage sont elles les frontières de mon monde

1918 mots 8 pages
« Les frontières de mon langage sont les frontières de mon monde » est une citation extraite du « Tractatus logico-philosophicus, » œuvre du philosophe britannique d’origine autrichienne, Ludwig Josef Johann Wittgenstein, parue en 1921, qui montre les limites du langage et de la faculté de connaître de l'homme. Elle introduit un débat qui suscita de nombreux travaux et qui soulèvent plusieurs questions : Tout d’abord : Existe-t-il une pensée sans langage ou sans le langage l’homme est-il toujours un être humain ?

Pour le neurologue Dominique Laplane, professeur honoraire de neurologie à la Salpêtrière : « L’existence d’une pensée sans langage apparaît de jour en jour plus évidente et déterminante dans la vie mentale. Certains neurologues envisagent même une totale indépendance de cette pensée par rapport au langage. A l’opposé, le courant très antique et actuellement majoritaire, de nature essentiellement philosophique, tient qu’il n’y a pas de pensée sans langage. »

Une pensée consciente sans langage parait donc envisageable comme semblent le confirmer ces idées subites, ou inspirations qui soudainement nous « frappent » en dehors de tout contexte verbal. La « mise en mots » n’intervenant quand dans un second temps.

Si pour le psychologue Jean Piaget, la véritable pensée chez l’enfant ne débute qu’avec l’apparition de la fonction symbolique, pour nombre d’autres psychologues l’enfant, au stade pré-linguistique, peut disposer de concepts et être capable d’organiser son comportement sans pour autant avoir des mots qui correspondent à ces concepts. Le langage ne parait donc pas indispensable à la formation de concepts.

Autre question soulevée : Notre pensée est-elle prisonnière de la langue que nous parlons ? Même si selon Hegel, c'est dans le mot que nous pensons : " Vouloir penser sans les mots est une tentative désespérée " Peut on envisager que le langage vienne exprimer une pensée qui existerait antérieurement ? Voici une

en relation

  • 12587
    6353 mots | 26 pages
  • Les frontières
    997 mots | 4 pages
  • Ce que nous apprend un écrit biographique nous permet-il de mieux comprendre et apprécier un écrivain
    1930 mots | 8 pages
  • Math
    3814 mots | 16 pages
  • math
    5291 mots | 22 pages
  • Les maths
    4577 mots | 19 pages
  • Mercure
    2286 mots | 10 pages
  • Babel
    2629 mots | 11 pages
  • Code switching
    7138 mots | 29 pages
  • defis securitaires
    5433 mots | 22 pages