Les grands croient être seuls parfait

Pages: 7 (1737 mots) Publié le: 17 février 2012
. Propriétés de la forme discontinue
Quelle définition pour ces formes brèves ?

Pris indépendamment des autres, le paragraphe se suffit à lui-même et fait sens ; mais dans cet extrait, le paragraphe est étroitement connecté à l’environnement par divers artifices (thématiques, stylistiques). C’est tout le paradoxe des Caractères.

On peut définir les paragraphes de notre extrait ainsi :Le § 19 est à mi-chemin entre la maxime et le caractère : le discours est généralisant comme la maxime et juxtapose finalement plusieurs paroles à portée générale (« Les grands croient être seuls parfaits… », « C’est cependant en eux une erreur grossière de se nourrir de si fausses préventions : ce qu’il y a jamais eu de mieux pensé… ») ; mais à la manière du caractère, on se détache peu à peude la notion abstraite en cernant davantage la cible par le rappel de la 3e personne (« les grands », « eux », « leur », « ils ») et l’ajout d’informations (« la droiture d’esprit, l’habileté, la délicatesse, et s’emparent de ces riches talents, comme de choses dues à leur naissance »).

Le § 20 relève clairement du caractère, forme plus longue et dans une certaine mesure descriptive ;généralement, le sujet est doté d’un nom (Téléphon) qui donne vie à la notion critiquée.

Le § 21 relève de la sentence, définie comme « une parole universelle qui, même hors du sujet auquel elle est liée, peut être citée » (citation traduite de Quintilien citée par Alain Compagnon dans La Seconde main ou le travail de la citation, Seuil, 1979).

Jonction et disjonction entre les paragraphesDu 1er au 3e paragraphe, la notion traitée est la même : le grand croit que sa naissance lui donne toutes les qualités et donc le droit de mépriser les plus petits.

Le lexique est repris d’un paragraphe à l’autre : « prévention » apparaît aux § 19 et 20 ; «grands domaines » (19) renvoie à « grandeur » (21), « connaître » revient aux § 20 et 21 ; on retrouve ici volontiers un procédé propre audiscours dramatique : l’enchaînement des répliques par le lexique.
Cependant, la forme discontinue s’ingénue à éclater le discours en fragments : chaque texte apparaît comme une structure close, qui se passerait volontiers de l’entourage.
Charlotte Schapira (La Maxime et le discours d’autorité, SEDES) explique ainsi qu’ « à l’intérieur d’un même chapitre une maxime n’est pas complémentaire decelle qui la précède ou lui succède : elle ne prolonge pas la réflexion, mais la recommence à l’infini. »

La forme discontinue naît d’un effet de mimétisme avec le sujet traité : La Bruyère décrit une société en pleine discordance, où des valeurs comme le mérite sont galvaudées et dévoyées.

Place centrale du personnage

Au milieu de ces maximes à la fois dépendantes mais étroitement liées, laplace de Téléphon interroge. Il semble alors que le caractère permette d’illustrer, à la manière de l’étude d’un spécimen (« développer, manier, confronter »), les notions abstraites évoquées en 19 et 20. Téléphon prend à la fois la valeur d’exemple et de preuve de la véracité des paroles sentencieuses qui y gagnent en crédibilité. L’exemple est parlant et convaincant. Et il rend le texte d’autantplus divertissant que les contemporains n’ont eu de cesse de chercher quel personnage de l’époque se cachait derrière cette onomastique originale (Pamphile, Téléphon, Théobalde…).

b. Aux frontières du monologue
Traces du discours dramatique dans l’énonciation

Les pronoms de la 1re et de la 2e personnes renvoient à la personne du locuteur et du destinataire, présent ou absent. La 3epersonne désigne ici le sujet du discours.
Par ailleurs, les verbes sont au présent, temps par excellence du discours direct dont relèvent les répliques au théâtre. La ponctuation est abondante, variée et très expressive. Elle utilise les signes de ponctuation marquant la pause dans le discours : le point, la virgule, le point virgule, les deux points. Elle se substitue aux mots de liaison comme...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La perfection expliqué par un être parfait
  • ShopenhauerOn ne peut être à l'unisson parfait qu'avec soi-même 
  • Parfait pour moi.
  • Le theatre peut il etre le lieu de la plus grande liberté et de l'imagination la plus folle
  • Notre grand tourment dans l’existence vient de ce que nous sommes éternellement seuls, et tous nos efforts, tous nos actes ne...
  • fiche de lecture Che-Bing CHIU, « Un grand jardin impérial chinois : le Yuanming Yuan, jardin de la Clarté parfaite »
  • Devoir 2 du cned, ça peut être très utile, mon prof ma dit que cétait parfait
  • La rationalité parfaite

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !