Les hommes ne désirent-ils que ce dont ils ont besoin?

1835 mots 8 pages
Disserte : Les hommes ne désirent-ils que ce dont ils ont besoin?

On confond souvent les notions “désir” et “besoin”. Le besoin généralement relève d'une nécessité, quelque chose d’essentiel à un être qu’il le soit conscient ou non, alors que le désir n'a pas ce caractère d'absolue nécessité, mais que l’on place consciemment et fixement dans l’esprit. Un homme qui a soif éprouve le besoin de boire. Si il commande un jus ou un soda à la place de l’eau alors il remplit un désir et un besoin. On peut donc penser ici que nos désirs excèdent nos besoins. Pourtant, on distingue traditionnellement deux sortes de besoins : les besoins innés ou naturels (qui répondent à une nécessité biologique) et les besoins culturels ou acquis (qui sont d’ordre social ou psychologique). On remarque que les seconds ont un mode de satisfaction qui varie en fonction des individus et des cultures.

On peut alors se poser les question : Qu’es-ce le besoin? Comment les hommes peuvent-ils reconnaitre entre le besoin et le superflu?

Dans un premier temps, nous allons voir si le besoin ne se réduit pas seulement aux besoins naturels et vitaux, mais si il recouvre également tout ce qui est nécessaire pour qu’une personne soit heureuse. Dans une seconde partie nous pourrons voir en quoi il y a incompatibilité entre le besoin et le désir.

Tout d’abord, nous pouvons argumenter que tout désir provient d’un besoin qu’il exprime. De la sorte, nous pouvons dire que le désir est un besoin caché, un sentiment instinctif qui ne dépend pas de notre volonté. Ainsi, sans en être forcement conscient, je désire ce qui est nécessaire à ma conservation, donc ce dont j'ai besoin, et en conséquences, j’ai des illusions sur ce que je crois être nécessaire. Le sentiment amoureux, par exemple, n’est au final qu’un artifice de l’instinct de reproduction.

La recherche du bonheur est l’illusion suprême qui résume toutes les autres. L’individu s’imagine être une fin en soi, alors qu’il n’est que, au

en relation