Les néoclassiques

1645 mots 7 pages
C'est au troisième tiers du XI Xe siècle que le courant néoclassique est né. Cette école a fondé une certaine conception de l'économie: la microéconomie. Les trois principaux fondateurs de l’économie néoclassique sont le Français Léon Walras (1834-1910), l'Anglais William Stanley Jevons (1835-1882) et l'Autrichien Carl Menger (1840-1921). Leurs travaux seront poursuivis et approfondis par de nombreux économistes, notamment Alfred Marshall (1842-1924) et Vilfredo Pareto (1849-1923)
Pour introduire les néoclassiques, il est nécessaire de présenter une théorie charnière entre les écoles classique et néoclassique, celle du français Jean-Baptiste Say (1767-1832). Malgré sa volonté de se présenter comme un disciple de Smith et bien qu'il soit un contemporain des classiques, Say préfigure à maints égards l'école néoclassique.
Dans sa loi des débouchés, il explique que les produits s'échangent contre les produits et que l'offre crée sa propre demande. Puisque toute production se transforme en revenus qui eux-mêmes se transforment en demande, la surproduction est impossible. Cette théorie qui annonce l'équilibre général des néoclassiques sera reprise par des théoriciens contemporains: les théoriciens de l’offre
J.- B. Say annonce aussi les néoclassiques par sa loi de la valeur; selon lui, la valeur des marchandises ne dépend pas de la quantité de travail nécessaire pour les produire, mais de leur utilité c'est-à-dire de la satisfaction qu'elles procurent au consommateur.
Il offre une nouvelle définition à la production: il ne la limite plus à la création de biens matériels
(comme le faisait Smith), mais il considère que certaines activités de services sont productives.

I - Un renouveau de la théorie de la valeur
Les premiers néoclassiques s'opposent à la théorie classique de la valeur travail. Ainsi, Jevons affirme que « le simple fait qu'il y a beaucoup de choses telles que des livres, des monnaies et des antiquités, etc., rares et anciennes, qui

en relation

  • néoclassique
    461 mots | 2 pages
  • les néoclassiques
    1236 mots | 5 pages
  • NeoClassiques
    565 mots | 3 pages
  • les néoclassiques
    857 mots | 4 pages
  • Neoclassique
    11119 mots | 45 pages
  • Les néoclassique
    1399 mots | 6 pages
  • Les neoclassiques
    2329 mots | 10 pages
  • Les néoclassiques
    4337 mots | 18 pages
  • neoclassique
    1360 mots | 6 pages
  • Néoclassiques
    5827 mots | 24 pages