neoclassique

1360 mots 6 pages
ECONOMIE D’ENTREPRISE - L’INTERNATIONALISATION

L’internationalisation traduit la stratégie de développement de l’entreprise hors du marché national.

I. LES RAISONS DE L’INTERNATIONALISATION

Les raisons qui poussent les entreprises à s’internationaliser sont multiples.

A. Des raisons techniques et politiques

L’ouverture des frontières, la réduction des barrières tarifaires et non tarifaires dans le cadre du G.A.T.T puis de l’O.M.C., la création de zones de libre-échange ont favorisé l’essor du commerce international.
Y ont aussi contribué la baisse du coût des transports internationaux et le développement des moyens de communication, en facilitant les échanges de biens et de services.

B. Des raisons économiques

Elles tiennent : à une meilleure répartition des risques
L’entreprise trouve à l’étranger de nouveaux clients pour ses produits et diversifie ses débouchés. De cette façon, elle diminue ses risques : risques liés aux différentes phases du cycle de vie du produit ; en phase de maturité en France, le produit peut se trouver en croissance à l’étranger. risques liés à la conjoncture, plus ou moins favorable selon les pays risque de concurrence ; la mondialisation actuelle de l’économie pousse les entreprises à s’internationaliser pour se maintenir en position de force. Elles doivent être là où sont leurs concurrents. à la recherche d’avantages concurrentiels liés : aux économies d’échelle générées par une production en plus grande quantité à la maîtrise des approvisionnements : implantation dans les pays producteurs de matières premières ou d’énergie essentielles à son processus de production au niveau de la main-d’œuvre, moins chère dans certains pays, ce qui permet de baisser les coûts de production aux incitations fiscales ou financières qu’offrent les états, phénomène observé aussi bien dans les pays en voie de développement que dans les pays développés. à des raisons liées au marché
L’internationalisation permet le

en relation

  • néoclassique
    461 mots | 2 pages
  • les néoclassiques
    1236 mots | 5 pages
  • NeoClassiques
    565 mots | 3 pages
  • Les néoclassiques
    1645 mots | 7 pages
  • les néoclassiques
    857 mots | 4 pages
  • Neoclassique
    11119 mots | 45 pages
  • Les néoclassique
    1399 mots | 6 pages
  • Les neoclassiques
    2329 mots | 10 pages
  • Les néoclassiques
    4337 mots | 18 pages
  • Néoclassiques
    5827 mots | 24 pages