Lucrèce

664 mots 3 pages
Lucrèce, De natura

Lucrèce nous montre dans son traité De natura, que l'homme ne doit pas avoir peur de la mort ni de l'au-delà, c'est-à-dire de la vie après la mort. En effet, l'homme se contraint à penser sans cesse à cela, il vit en fonction de sa peur de la mort et de ce qu'il pourrait bien s'y passer. Il suit des règles méticuleuses afin de se rassurer de sa peut-être prochaine vie dans l'au-delà. L'homme s'impose une ligne de conduite toute tracée pour ne pas avoir une vie dans l'au-delà faite d'imprévus et de supplice qu'infligent les Dieux comme on lui raconte dans les livres. Il souhaite une vie destinée à être bonne dans l'au-delà alors que dans la réalité il ne se conduit que pour avoir les bonnes grâces. Ici Lucrèce nous montre que les hommes doivent craindre la réalité et non l'au-delà car tout ce qu'on leur montre et ce qu'on leur dit à propos de cet endroit emprunt du Tartare et de tous les pires supplices infligés par les Dieux, n'est en réalité qu'un miroir dirigé vers le présent. En effet les passions tant redoutés des Épicuriens, se transforment en « monstre » de l'au-delà. En effet dans les mythes qu'évoque Lucrèce dans son livre, ne sont que des passions réincarnées en supplices de personnes ayant atterris dans le Tartare après avoir gravement fauté envers les Dieux.

En effet ce supplices sont les images des passions que les hommes connaissent dans la vie de tous les jours ; il s'imaginent que la vie dans l'au-delà est un parcours jonché passions alors que dans la réalité ils sauraient y résister. Or les situations mises en scène dans la mythologie grecque sont des scènes de la vie courante comme par exemple le mythe de Sisyphe qui est un mythe à propos d'un homme (Sisyphe) qui pour contourner la mort à oser défier les Dieux lorsque le jour de sa mort arriva. Or, pour avoir fait cela les Dieux le condamnèrent à faire rouler un rocher éternellement le long d'une colline et lorsque ce dernier arrive en haut le rocher retombe. Ce mythe est

en relation

  • Lucrece
    349 mots | 2 pages
  • Lucrèce
    438 mots | 2 pages
  • Lucrèce
    532 mots | 3 pages
  • Lucrèce
    6882 mots | 28 pages
  • De la nature de lucrèce
    1292 mots | 6 pages
  • Lucrèce, de la nature
    897 mots | 4 pages
  • Lucrèce borgia
    563 mots | 3 pages
  • Lucrèce borgia
    315 mots | 2 pages
  • lucrece borgia
    740 mots | 3 pages
  • Commentaire sur lucrèce
    1003 mots | 5 pages