Medias et information

534 mots 3 pages
Sommaire

I. Introduction :
I. Etude méthodique :
a) Caractère Prosaïques / un poème en prose :

b) La chevelure, point de départ de la rêverie :

c) Voyage vers l'idéal Baudelairien :
III. Conclusion :

I. Introduction :

Inspiré par la lecture du « Gaspard de la nuit » d’A. Bertrand, Charles Baudelaire commence à écrire des poèmes en Prose.

Toujours en quête de perfection et de modernité poétique, Charles Baudelaire a tenté au travers de la prose de satisfaire son ambition : « Faire du poème en prose la forme par excellence de la poésie moderne et urbaine ».

Publié après la mort du poète en 1869, le poète entendait évoquer le quotidien du monde moderne et urbain. Le recueil Le Spleen de Paris (ou "petits Poèmes en prose") est cependant concomitant dans sa rédaction à celui de Les Fleurs du Mal (1857).

Cela explique les récurrences thématiques et les similitudes d'écriture d'un recueil à l'autre.

Si Charles Baudelaire doit l'aspect formel à son prédécesseur, il est en revanche celui qui à forgé les termes « Poèmes en prose ».

Le poème en Prose Un hémisphère dans une chevelure trouve de nombreux échos dans les formes versifiées Parfum exotique et La chevelure.

Les 3 poèmes traitent d'un thème récurrent dans l'œuvre de Baudelaire qui évoque l'idéal.

I. Etude méthodique :

a) Caractère Prosaïques / un poème en prose :

Schéma circulaire, construction syntaxique :

Impératif + verbes + adverbes + lexique de la chevelure

Evocation de souvenirs, structure qui se clôt sur elle-même

Point de départ :

La chevelure, métonymie de la femme.

Musicalité, effet rythmique :

Répétition de verbes, rythme ternaire :

Émotion :

Échos sonores : Allitération en :

- « m » > douceur.

- « f » > mélanges.

- « p, b » > bercements.

Paronomase : rapprochements sonores.

Par sa structure fluide mais organisée à laquelle s'associent des effets de rythme et de

en relation

  • VP
    292 mots | 2 pages
  • Toine
    1987 mots | 8 pages
  • Le tombeau des lucioles
    886 mots | 4 pages
  • poésie et amour
    2855 mots | 12 pages
  • fiche athologe
    295 mots | 2 pages
  • Un secret
    1353 mots | 6 pages
  • Phénix
    333 mots | 2 pages
  • Commentaire
    405 mots | 2 pages
  • Médias et éducation
    2205 mots | 9 pages
  • Lecture analytique du poème « heureux qui comme ulysse »
    313 mots | 2 pages
  • Poésie (les fenetres & le désir de peindre)
    1788 mots | 8 pages
  • Corpus sur 4 textes qui permettent de répondre à la problématique , en quoi ces poèmes passent de l'insignifiant au signifiant ?
    1284 mots | 6 pages
  • Média
    1963 mots | 8 pages
  • médias
    841 mots | 4 pages
  • il n'aurait fallu
    375 mots | 2 pages