Moi et la monsonge de dragon

318 mots 2 pages
En 1928, le Dr Alexander Fleming a été le premier à découvrir un antibiotique: la moisissure Penicillium. Cette substance permet(tait) d'empêcher le développement de certaines bactéries dans des cultures. Cette découverte majeure, une des plus importantes du 20ème siècle, permettra quelques années plus tard (en 1940) la mise sur la marché de l'antibiotique pénicilline (pénicilline G) qui permettra de sauver des millions de vies.
Cela ouvrait également la voie pour la recherche et le développement de nouvelles classes d'antibiotiques qui pourront être utilisées par la suite contre la tuberculose, la pneumonie, les infections de la peau,...

Editorial sur les antibiotiques: recherche passée et future (par Xavier Gruffat, Pharmacien, Editeur de CP.ch)
Selon nos informations, la mise sur le marché de nouveaux antibiotiques a été importante dans les années 50, 60 et 70 puis il y a eu ces trente dernières années une certaine timidité de la part des laboratoires pharmaceutiques pour développer de nouveaux antibiotiques dont le but est de présenter moins de résistances, moins d'effets secondaires et une meilleure forme d'administration (par ex. en comprimé plutôt qu'en injection).
Il semble qu'il y ait des explications à la fois scientifiques (pas toujours facile de trouver de nouvelles classes d'antibiotique) mais également économiques à ce phénomène. En effet il est plus rentable pour un industriel du médicament de développer des traitements qui sont pris sur des dizaines d'années comme les anti-hypertenseurs, des médicaments contre le diabète,... que des antibiotiques dont la prise est plus ponctuelle (une fois par année par exemple).
Toutefois l'industrie pharmaceutique soumise de plus en plus à la pression sur les prix au niveau politique (par ex. dans ses marchés clés comme les USA ou l'Europe) essaie d'élargir ses recherches aux antibiotiques et aux vaccins. Il existe donc un certain optimisme, espérons toutefois que ce réveil ne soit pas trop

en relation